Flexibilité: La tête au travail même en vacances
Actualisé

FlexibilitéLa tête au travail même en vacances

Près de la moitié des salariés en Suisse restent atteignables par leur employeur le week-end et les jours fériés.

par
Caroline Goldschmid
Même s'ils sont dérangés par leur boss à la plage, les Helvètes restent au taquet.

Même s'ils sont dérangés par leur boss à la plage, les Helvètes restent au taquet.

Séparer vie professionnelle et vie privée: une chose essentielle pour les Suisses. Rendue publique ce mardi 5 juin, l'étude réalisée par Swisscom en collaboration avec 20 minuten online révèle qu'ils sont environ 90% à déclarer bien y parvenir.

Cela dit, près de la moitié des 1977 sondés ont déclaré être joignables par téléphone, e-mail ou autres durant leur temps libre. Les employés romands sont 45% à rester tout le temps ou très souvent à disposition de leur employeur en dehors des heures de travail, 48% durant le week-end et 42% pendant les jours fériés. Un pourcentage­ qui baisse tout de même à 34% durant les vacances. Les Alémaniques, eux, ne sont que 18% à rester très souvent voire sans cesse atteignables durant leurs vacances.

L'étude intitulée «Lifebalance» a mis en évidence que 79% des Romands estiment qu'un bon équilibre entre job et temps libre est important. Alors pourquoi les salariés sont-ils si nombreux à accepter sans rechigner que leur travail empiète toujours plus sur les moments de repos? «Les modèles de travail flexible et la possibilité qu'offrent les nouvelles technologies de travailler depuis son domicile permettent de mieux concilier contraintes professionnelles et engagements sociaux», ­répond Miriam Nido, de l'Institut pour la recherche de ­méthodes de travail, à Zurich.

Une flexibilité telle que si le bureau appelle alors qu'ils sont en pleine intimité avec leur partenaire, 38% se tiennent au garde-à-vous! Et la moitié d'entre eux n'hésitent pas une seconde avant d'accepter un appel professionnel lorsqu'ils sont à table. Si l'équilibre vie privée - vie professionnelle est meilleur aujourd'hui qu'en 2010, le milliard de smartphones qui seront en circulation en 2016 risque de rendre cet exercice plus délicat encore.

Romands pas stressés quand le boulot appelle

– D’après les résultats de l’étude de Swisscom, le collaborateur est contacté par téléphone durant son temps libre dans 92% des cas. L’e-mail (66%) et le sms (63%) viennent ensuite.

– Plus de 8 fois sur 10, c’est le (la) supérieur(e) hiérarchique ou un(e) collègue qui les appelle. Les clients ne représentent que 23% des appels.

– 14% des Romands se disent très stressés par ces coups de fil, 22% un peu, 39% pas vraiment et 25% pas du tout.

Ton opinion