La «thabomania» déferle sur Chicago
Actualisé

La «thabomania» déferle sur Chicago

Depuis le début de l'année, qui
coïncide avec l'arrivée du coach Jim Boylan, Thabo Sefolosha surfe
sur la vague du succès.

«Tout est très différent (d'il y a deux mois)», avouait Thabo Sefolosha à l'issue de la défaite (87-97) des Bulls contre les Utah Jazz samedi dernier. Le Veveysan y a inscrit la bagatelle de 22 points, pour la seconde fois lors de ses trois derniers matches. «J'ai véritablement l'impression de faire partie de l'équipe. Je souhaite maintenant apporter ma pierre à l'édifice.» Sefolosha crève l'écran. Fait parler de lui, aussi. Le Chicago Tribune lui a ainsi consacré un article frisant le panégyrique ce week-end. Il est vrai que le Suisse, fraîchement catapulté dans le cinq majeur par son nouveau coach, Jim Boylan, affiche d'excellentes stats (13,4 pts de moyenne ce mois-ci).

Autre bon point pour lui, sa collaboration avec le meneur Kirk Hinrich. Les deux hommes se complètent à merveille. A ce propos l'Américain confirme qu'il apprécie tout particulièrement être associé au Suisse, afin de «pouvoir tenir ma position et me concentrer sur mon tir». Hinrich a d'ailleurs réalisé ses meilleures performances comptables à ses côtés. De quoi envisager une fin de saison plus féconde, et, pourquoi pas, une éventuelle qualification pour les play-off.

Concernant son début de saison difficile et frustrant, sous les ordres du désormais ex-coach Scott Skiles, Sefolosha assure n'avoir jamais perdu confiance. «Je n'ai jamais baissé les bras. J'attendais mon heure. Et puis je suis très bien entouré. Ma famille et mes amis n'ont eu de cesse de me répéter: «Garde la tête haute, et ton heure viendra!» Elle semble être arrivée.

Maxime Huber

Ton opinion