Pour les avocats de DSK: La thèse d'un rapport sexuel consenti
Actualisé

Pour les avocats de DSKLa thèse d'un rapport sexuel consenti

Les avocats de DSK ont élaboré une nouvelle stratégie. N. D., la femme de chambre du Sofitel, aurait eu des relations sexuelles consenties avec le directeur du FMI.

par
cga

Les avocats chargés de la défense de Dominique Strauss-Kahn ont mis au point une nouvelle stratégie de défense «explosive» selon le «New York Post». «Je l'ai séduite et elle a dit oui-oui», titre le quotidien new-yorkais. Les avocats soutiennent la thèse d'un rapport sexuel consenti entre leur client et la femme de ménage. «Les preuves, nous le croyons, ne corroboreront pas la thèse de la relation sexuelle forcée», explique Ben Brafman avocat de l'ancien ministre français.

D'autres éléments nouveaux sont rapportées par plusieurs médias dont «Le Monde». Sur le chemin de l'aéroport, DSK aurait confié à sa femme, avec laquelle il parlait au téléphone, qu'il avait eu un «problème grave», sans plus de précisions.

DSK sort du commissariat de Harlem

Enfin des précisions sont apportés sur les traces de griffures évoquées par la presse lundi. Selon un détective new-yorkais, aucune trace de griffures ou d'ecchymoses n'auraient été relevées sur le corps de DSK. Dimanche, ce dernier a d'ailleurs été photographié nu au commissariat. Ces photos pourraient être utilisées comme preuves.

La victime présumée ne savait pas qui était DSK

N. D., surnommée Ophelia à son travail, est la victime présumée de Dominique Strauss-Kahn. La femme de chambre de l'hôtel Sofitel ne savait pas à qui elle avait affaire lorsqu'elle a affirmé avoir été agressée par le patron du FMI. C'est en tout cas ce que déclare un ami de la victime rencontré dans le Bronx par RMC. Cet homme hébergerait aujourd'hui la fille de la victime qui se trouve sous protection policière, dans un lieu tenu secret, pour éviter les sollicitations médiatiques.

Elle n'a pas porté plainte officiellement

N. D. aurait appris l'identité de son agresseur, et son rang, en regardant la télévision le soir de l'arrestation de DSK. Son ami lui aurait alors expliqué l'importance de la personnalité politique française.

Enfin, la radio nous révèle que la femme de chambre du Sofitel n'a pas officiellement déposé plainte contre DSK et que c'est le procureur en charge de l'enquête qui est à l'origine des poursuites contre le directeur du FMI.

Ton opinion