Crash en Egypte: «La thèse de l'attentat fortement privilégiée»
Actualisé

Crash en Egypte«La thèse de l'attentat fortement privilégiée»

L'analyse des boîtes noires de l'A321 russe qui s'est écrasé dans le Sinaï samedi aurait permis d'établir qu'une explosion s'est produite en vol.

Un enquêteur qui a eu accès aux boîtes noires de l'appareil de Metrojet qui s'est écrasé samedi dans le Sinaï a déclaré à France 2 que l'enregistreur phonique avait permis d'entendre distinctement le bruit d'une explosion en plein vol, indique Francetvinfo. Cette déflagration ne serait pas consécutive à une panne du moteur, selon lui.

Selon des informations recueillies par AFP, une des boîtes noires confirme le caractère «brutal, soudain» de l'événement qui a précipité la chute de l'appareil. Le Flight Data Recorder (FDR), qui enregistre les paramètres de vol, indique que «tout est normal, absolument normal pendant le vol, et brutalement plus rien». «Cela va dans le sens de la soudaineté, du caractère immédiat, de l'événement», a ajouté une source proche du dossier.

Engin explosif dans un bagage?

Cette même source a par ailleurs souligné que sur les photos des débris, certains apparaissent criblés d'impacts allant de l'intérieur vers l'extérieur de l'appareil, «ce qui accrédite plutôt la thèse d'un engin pyrotechnique», a-t-elle estimé. Londres et Washington ont ouvertement évoqué la piste d'une bombe à bord de l'Airbus A321. «Nous avons des craintes que la chute de l'avion ait été provoquée par un engin explosif», avait déclaré mercredi un porte-parole du Premier ministre, David Cameron.

Les chaînes de télévision américaines CNN et NBC, citant des responsables américains, avaient avancé que le crash avait été provoqué par une bombe posée à bord de l'avion par des jihadistes de l'EI. «Le sentiment définitif, c'est qu'il s'agit d'un engin explosif dans un bagage ou quelque part dans l'avion», a déclaré un responsable anonyme du renseignement américain à CNN. (20 minutes/afp)

Ton opinion