Femme enceinte tuée par balle: La thèse du règlement de comptes privilégiée
Actualisé

Femme enceinte tuée par balleLa thèse du règlement de comptes privilégiée

Le meurtre d'une femme enceinte de 9 mois, tuée par balle à Lauris (Vaucluse), aurait été commis dans le cadre d'un règlement de comptes lié à une affaire de stupéfiants et qui visait «principalement» son compagnon.

«On s'éloigne et on s'écarte provisoirement de la thèse du crime passionnel pour s'orienter vers la thèse d'un règlement de comptes qui correspond aux déclarations du compagnon (de la victime, ndlr) mais qui est susceptible aussi de correspondre aux éléments matériels du dossier», a expliqué Catherine Champrenault, procureur de la République d'Avignon, lors d'un point de presse.

«Je pense que celui qui était principalement visé, c'était lui», a-t-elle souligné.

Dans la nuit de dimanche à lundi, le compagnon de la jeune femme, âgé de 41 ans, avait donné l'alerte. Selon ses déclarations aux enquêteurs, deux individus ont fait irruption dans la chambre en tirant à plusieurs reprises. Trois impacts de balles ont été découverts: l'un a touché mortellement la victime, les deux autres ont été relevés dans la tête de lit du couple.

«Le compagnon de la victime évoque un règlement de comptes directement ou indirectement lié à des milieux toxicomanes», a poursuivi la procureur, en précisant que cet homme reconnaissait être lui-même un ancien toxicomane, encore soumis à un traitement de substitution.

Etant donné que deux types de projectiles ont été retrouvés sur les lieux, «on peut penser qu'il y a deux auteurs présumés, ce qui signe effectivement plutôt une expédition punitive ou un règlement de comptes», a ajouté la magistrate du parquet.

Le fait que la maison n'ait pas été fouillée, comme lors d'un vol, constitue un élément supplémentaire accréditant cette thèse, a-t-elle indiqué.

La victime, âgée de 27 ans, «a été tuée par un coup de feu qui l'a transpercé de la hanche jusqu'au sein droit, c'est-à-dire que, manifestement, elle devait être couchée sur le côté», a précisé Mme Champrenault.

«Dans cette affaire, compte tenu de la précision des pistes qui sont actuellement explorées par les enquêteurs, nous restons en enquête de crime flagrant sous le contrôle du parquet», a-t-elle dit, en spécifiant que les crimes retenus, au terme des investigations, seraient sans doute l'assassinat contre la jeune femme et la tentative d'assassinat contre son compagnon.

Ton opinion