Brexit: La transition avec l'UE s'achèvera à la fin 2020
Actualisé

BrexitLa transition avec l'UE s'achèvera à la fin 2020

Le délai voulu par la Commission européenne est plus court que les deux ans demandés par la Première ministre britannique Theresa May.

1 / 150
Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)

Dans son discours, Boris Johnson a promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport. (Samedi 27 juillet 2019)

Keystone
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, s'est attiré des critiques du monde diplomatique, pour avoir comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. (1er octobre 2018)

AFP
La chancelière allemande a lancé une pique à l'intention de Theresa May devant des industriels allemands. «Il ne reste que «six à huit semaines pour trouver un accord», a noté la chancelière allemande. (25 septembre 2018)

La chancelière allemande a lancé une pique à l'intention de Theresa May devant des industriels allemands. «Il ne reste que «six à huit semaines pour trouver un accord», a noté la chancelière allemande. (25 septembre 2018)

AFP

La Commission européenne propose que la période de transition post-Brexit qui suivra le départ britannique de l'UE le 29 mars 2019 s'achève le 31 décembre 2020, selon des recommandations aux Etats membres publiées mercredi.

«Les dispositions transitoires devraient entrer en application à compter de la date d'entrée en vigueur de l'accord de retrait et ne devraient pas durer au-delà du 31 décembre 2020», est-il écrit dans ce document.

La Première ministre britannique Theresa May avait proposé une période de transition de deux ans maximum, soit jusqu'au 29 mars 2021.

«Nous ne sommes pas au bout de la route»

«Cette période de transition doit être courte et limitée dans le temps», a déclaré le négociateur en chef de la Commission, Michel Barnier, lors d'une conférence de presse. «Cette période de transition, elle est utile, elle permettra au Royaume-Uni de se préparer», a-t-il ajouté.

M. Barnier a rappelé qu'il n'y aurait «pas de transition à la carte» et que «toutes les nouvelles règles de l'UE qui seront adoptées lors de la transition continueront de s'appliquer au Royaume-Uni» pendant cette période.

«Nous ne sommes pas au bout de la route pour établir les conditions de ce retrait ordonné», a-t-il également souligné.

La période de transition, réclamée par Theresa May, doit garantir aux deux parties un Brexit «en douceur», mais aussi leur donner le temps de négocier leur future relation, qui devrait prendre la forme d'un accord commercial amélioré.

Les «recommandations» sur cette transition présentées par Michel Barnier doivent être approuvées fin janvier par les Etats membres. Les négociations avec les Britanniques pourront alors s'ouvrir officiellement.

Un accord d'ici octobre 2018

Les Européens espèrent s'entendre avec Londres sur les grands principes de la période de transition d'ici le mois de mars, après quoi ils souhaitent commencer à discuter du cadre de leur future relation commerciale.

Leur objectif est de parvenir dès octobre 2018 à un accord de retrait incluant les modalités du divorce et de la période de transition, ainsi qu'une déclaration conjointe en annexe définissant les grandes lignes des liens futurs avec Londres.

Une fois acté le départ du Royaume-Uni et l'entrée dans la phase de transition en mars 2019, les négociations commerciales en tant que telles pourront formellement débuter, en vue d'une entrée en vigueur en 2021. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion