Actualisé 25.01.2013 à 14:06

ConfidentialitéLa transparence de Skype pointée du doigt

Des défenseurs de la vie privée ont adressé une lettre ouverte au service de téléphonie par Internet de Microsoft afin de réclamer plus de sécurité pour les conversations.

de
man

Tony Bates, le président de la division Skype, Brendon Lynch, le responsable de la protection de la vie privée chez Microsoft et Brad Smith, l'avocat du géant informatique, sont les destinataires d'une lettre ouverte. Elle est l'oeuvre d'associations, de défenseurs de la vie privée et de journalistes, qui réclament plus de transparence au service de VoIP racheté par Microsoft.

La sécurité des conversations transitant par le logiciel et le respect de la vie privée des quelque 600 millions de ses utilisateurs sont notamment au cœur des préoccupations. Ces militants et activistes, parmi lesquels on retrouve la Digital Rights Foundation, l'Electronic Frontier Foundation, l'Expression Online Coalition, l'Hermes Center for Digital Human Rights, l'ONG Reporters sans frontières ou encore le Tibet Action Institute, exigent la publication régulière d'un rapport de transparence. Celui-ci devrait notamment inclure le nombre de données personnelles des utilisateurs partagées avec des tiers, la manière dont elle sont conservées ou encore le nombre de requêtes faites par des gouvernements, les motifs de ces demandes et le nombre qui ont été acceptées par Skype, explique le document en ligne.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!