Actualisé 20.02.2008 à 21:52

La traque aux plagiats dans les études se précise

L'Université de Zurich veut mettre en place des logiciels qui permettent de débusquer les
étudiants sans scrupules.

L'Université de Zurich évalue des programmes informatiques anti-plagiat. Un groupe de travail s'est donné jusqu'à fin juin pour choisir les logiciels adéquats qui seront ensuite mis à disposition des facultés. «Une douzaine de programmes font l'objet d'une évaluation», a indiqué hier Pascal Bachmann, directeur des services informatiques de l'Université de Zurich. Les facultés décideront si elles veulent ou non utiliser les logiciels qui doivent être capables d'analyser textes et images. Le responsable informatique précise que de nombreux plagiats n'échappent pas à la sagacité des professeurs. «Il n'est pas prévu de contrôler systématiquement tous les travaux des étudiants», souligne de son côté Beat Müller, porte-parole de l'université.

Le Conseil de discipline de l'université a recensé deux cas de plagiats en 2005 et six en 2006. Cinq étudiants se sont vu signifier un renvoi provisoire de quatre à six semestres avec sursis. Dans un cas, le Conseil a proposé l'expulsion définitive. D'autres universités suisses luttent aussi contre les plagiats avec des solutions informatiques. A Genève, il n'y a pas de logiciel imposé, mais différents moyens sont proposés aux facultés, a indiqué hier le vice-recteur, Yves Flückiger. L'offre est utilisée de manière systématique par la plupart des facultés. L'Université de Saint-Gall utilise systématiquement un logiciel anti-plagiat depuis 2004. Les étudiants doivent obligatoirement y présenter leurs travaux de diplôme sur support électronique.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!