Affaire Kadhafi: La Tribune de Genève ne s'excusera pas
Actualisé

Affaire KadhafiLa Tribune de Genève ne s'excusera pas

La publication dans la Tribune de Genève en septembre des photographies d'Hannibal Kadhafi prises par la police fait toujours polémique. Le rédacteur en chef du journal Pierre Ruetschi ne présentera ni excuses ni le nom de sa source.

Pierre Ruetschi précise dans une interview accordée vendredi dans Le Temps que l'on ne lui a rien demandé. «(...) cela aurait été contraire à la loi qui protège les sources des journalistes dans un cas de ce genre.»

Le rédacteur en chef ne s'excusera pas pour un acte qu'il considère «légitime». «Mais si cette publication a retardé d'une quelconque manière le dénouement ou l'a rendu plus difficile, je le regrette», déclare-t-il.

Pierre Ruetschi dément l'importance de la publication des photographies. Elle lui apparaît dans le contexte actuel «plus comme un prétexte utilisé dans le cadre d'une stratégie orchestrée que comme un élément décisif».

Il rappelle que «l'humiliation était au coeur de l'affaire. Toute le monde avait subi une humiliation. Les employés battus (...); Hannibal Kadhafi (...); Hans-Rudolf Merz (...). C'est ce que nous avons voulu expliquer».

L'enquête menée contre l'auteur de la fuite suit son cours. S'interrogeant à ce sujet, un journaliste de la Tribune de Genève a demandé à son chef si le quotidien avait été interpellé. «Non, ce n'est pas le cas», lui a répondu ce dernier, comme il l'a relevé jeudi dans l'émission «Forum» de la Radio suisse romande. (ats)

Ton opinion