Grèce: La troïka débloque une nouvelle tranche d'aide
Actualisé

GrèceLa troïka débloque une nouvelle tranche d'aide

La Grèce atteindra ses objectifs budgétaires en 2014, a estimé mercredi dans un communiqué la troïka des créanciers publics du pays. Cette dernière a confirmé son accord pour le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide à Athènes.

L'économie de la Grèce s'est stabilisée.

L'économie de la Grèce s'est stabilisée.

La Grèce atteindra ses objectifs budgétaires en 2014, a estimé mercredi la troïka des créanciers publics du pays en confirmant son accord pour le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide à Athènes.

L'économie grecque «a commencé à se stabiliser et la croissance devrait reprendre progressivement», et «nous pensons que les objectifs budgétaires pour 2014 seront atteints», a indiqué dans un communiqué la troïka (Fonds monétaire international, Commission européenne et Banque centrale européenne).

Le communiqué ne reprend pas à son compte l'annonce faite par le gouvernement grec d'un excédent budgétaire primaire (hors service de la dette) de plus de 1,5 milliard d'euros en 2013, mais indique que selon des estimations préliminaires, l'équilibre primaire a été atteint «avec des marges substantielles».

Points litigieux

La répartition de cet excédent était l'un des points litigieux entre la Grèce et la troïka, alors que le montant du surplus reste à confirmer en avril par Eurostat.

«Même si une petite part seulement de cette performance se répercute sur 2014, nous pensons que les objectifs budgétaires seront également atteints, en prenant en compte les mesures mises en oeuvre ou prévues», précise la troïka.

De plus, les autorités grecques «ont confirmé leur engagement à mettre en oeuvre les politiques nécessaires pour atteindre l'objectif d'un excédent primaire de 3% du PIB en 2015», poursuit le communiqué.

Déficit de 13,1%

Dans ses dernières prévisions, en février, la Commission européenne tablait sur un déficit public grec de 13,1% du PIB en 2013, de 2,2% en 2014 et de 1% en 2015. La croissance devrait être de 0,6% cette année, conforme à la prévision de la Grèce, et 2,9% l'an prochain, après -3,7% en 2013.

L'accord entre Athènes et ses créanciers fait suite à six mois de négociations qualifiées de «difficiles» par le gouvernement grec, et devrait déboucher sur le déblocage de 8,5 milliards d'euros, nécessaires à la Grèce avant l'arrivée à maturité en mai de bons du Trésor.

Le communiqué de la troïka, inhabituellement laudateur envers Athènes, souligne que «les autorités font des progrès en matière de réformes structurelles pour améliorer le potentiel de croissance et la flexibilité de l'économie grecque, et pour contribuer à créer un environnement plus juste et plus encourageant pour l'investissement, la croissance et la création d'emploi».

Parmi les secteurs où des réformes sont prévues, la troïka cite l'agroalimentaire, le tourisme, les matériaux de construction et le commerce de détail. Elle mentionne également «des mesures concrètes» entre autres pour libéraliser le marché du transport, ouvrir certaines professions fermées, réduire les charges sociales.

Les critiques

Au rang des critiques, la troïka estime que des efforts doivent être faits pour réduire la paperasserie administrative, et que la réforme du marché du travail est «en retard».

Surtout, elle tire la sonnette d'alarme sur le secteur bancaire, voyant un risque de sous-estimation des besoins en capitaux «si les autorités et les banques n'agissent pas d'urgence et de manière efficace pour résoudre le problème du niveau élevé de prêts non-performants». Elle appelle la Banque centrale grecque à «la vigilance» pour éviter ces risques.

Dès mardi, le Premier ministre grec, Antonis Samaras, avait salué l'accord avec la troïka et annoncé l'affectation de plus de 500 millions d'euros, prélevés sur l'excédent primaire de 2013, pour aider les plus pauvres de ses concitoyens.

Sujets passés sous silence

Comme le gouvernement grec, la troïka s'est abstenue de mentionner dans son communiqué deux sujets cruciaux pour l'avenir de la Grèce: les discussions sur un allègement de la dette du pays, à 175% du PIB, et un éventuel troisième plan d'aide pour Athènes.

En échange de mesures d'austérité draconiennes, Athènes a déjà reçu depuis 2010 deux prêts de 240 milliards d'euros au total, une somme de 50 milliards pour recapitaliser ses banques, et bénéficié d'un effacement de dette de plus de 100 milliards d'euros consenti par ses créanciers privés. (ats/afp)

Ton opinion