Triple meurtre de Granges: La troisième prévenue nie être le cerveau

Actualisé

Triple meurtre de GrangesLa troisième prévenue nie être le cerveau

La femme de 51 ans, soupçonnée d'avoir planifié le triple meurtre de Granges en 2009, a rejeté les accusations mardi au deuxième jour du procès devant le Tribunal de district de Soleure.

La Suissesse a affirmé en larmes ne pas avoir commandité le crime. Ses complices lui auraient seulement demandé comment s'y prendre pour fouiller un appartement et où de l'argent pourrait être caché.

Le trio aurait discuté de l'utilisation de chloroforme pour endormir les futures victimes. «Il n'a jamais été question» de meurtre, a affirmé la prévenue.

Elle a admis avoir récupéré l'arme du crime, en avoir effacé les empreintes digitales et l'avoir cachée. En revanche, elle nie avoir ordonné que le butin lui soit ramené.

Cercle de dons

La prévenue a reconnu avoir donné des informations à ses deux co- accusés sur le cercle de dons dans lequel les victimes et elle-même étaient impliqués. Elle a dit vouloir aider les deux hommes à trouver de l'argent.

Au premier jour de procès, ses deux co-accusés avaient dit que la femme avait fait pression sur eux pour qu'il commettent le crime. Tous deux lui devaient de l'argent et elle demandait à être remboursée.

Les faits remontent au 5 juin 2009. Les deux prévenus ont cambriolé un appartement à Granges et tué ses trois occupants, une Suissesse de 55 ans, son époux de 60 ans et leur fille de 35 ans. Le père a été abattu. Son épouse et sa fille ont été étouffées.

Dette de 20'000 francs

D'après l'acte d'accusation, les deux accusés devaient 20'000 francs à la prévenue. La femme a réclamé son argent au printemps 2009 et leur a suggéré de cambrioler leurs futures victimes.

Comme la famille faisait partie d'un cercle de dons, le trio pensait qu'une importante somme d'argent se trouvait dans son appartement. Les deux hommes n'ont finalement trouvé que 5000 francs, 600 euros, quatre montres et des bijoux bon marché.

Ils sont en détention provisoire. La femme est sortie de prison après deux ans et demi de préventive en décembre 2011. Elle a été placée sous surveillance dans l'attente du procès. (ats)

Ton opinion