Série: La TSR éteint la TV chez des ados romands
Actualisé

SérieLa TSR éteint la TV chez des ados romands

«L'émission de télé qui éteint la télé»: c'est ainsi que se définit un programme mettant en scène quatre ados romands privés de médias.

par
Fabien Eckert
Valentin (à g.) et Tristan entourent Esther Freiburghaus, réalisatrice et scénariste de la série.

Valentin (à g.) et Tristan entourent Esther Freiburghaus, réalisatrice et scénariste de la série.

L'expérience s'inspire de celle réalisée dans une école de Strasbourg en 2008: 259 élèves de 6 à 11 ans avaient alors fait vœu d'abstinence médiatique. La mini-série romande, dont le deuxième épisode est diffusé aujourd'hui sur TSR2, reprend et adapte ce concept. Elle suit le parcours de quatre adolescents: Inès, 12 ans, et sa sœur Sara, 14 ans, de Lausanne, Valentin, 12 ans, et enfin Tristan, 14 ans, ces deux derniers de Neuchâtel.

Le contrat, que tous ont dû signer, est simple: vivre une semaine, sans télé, ni téléphone portable, baladeur MP3, console de jeux, ordinateur, cinéma, journaux ou radio. Un sacré défi, orchestré par Esther Freiburghaus, scénariste et réalisatrice. Avant de s'y plier, chacun des «cobayes» a évalué sa propre consommation médiatique: accro, voire dépendant, pour les uns, alors que d'autres ne prêtaient que peu ou pas d'attention aux médias. Jour après jour, on observera l'évolution de leurs comportements. Objectif de la série de cinq épisodes: mettre en relief les retombées de cette privation volontaire.

Le programme a surtout permis aux abstinents de se confronter à l'impact des médias dans leur quotidien. Ce qui ne manquera pas de nous interpeller sur notre propre consommation médiatique. Comment vivre sans nos outils de communication et d'information habituels? La série a le mérite d'ouvrir une piste de réflexion intéressante.

«La Semaine sans médias». Tous les jours jusqu'à vendredi à 7h et 11h. Sur TSR2.

Ton opinion