Actualisé 21.06.2008 à 07:06

La Turquie fête sa victoire - incidents à Vienne

La Turquie a salué par une explosion de joie la qualification de sa sélection pour la demi-finale de l'EURO 2008.

A Vienne, où se déroulait le match, la police a interpellé une dizaine de personnes lors d'incidents entre des supporteurs croates et turcs.

En dépit des appels à la raison lancés par l'entraîneur Fatih Terim, des coups de feu ont résonné durant la nuit de vendredi à samedi dans les rues d'Istanbul. Les célébrations de la victoire sur la République tchèque dimanche avaient fait deux blessés par balles à Adana (sud), dont une fillette de dix ans.

Dans le quartier de Besiktas, hôte d'un des trois grands clubs stambouliotes et tout entier acquis au ballon rond, la victoire a été accueillie par une gigantesque clameur, qui a fait trembler les vitres.

Feux d'artifice

«La Turquie est la plus grande», «Rouge ! Blanc !», hurlait la foule, qui s'est répandue dans les rues au milieu des concerts de klaxons, ont rapporté des journalistes. Des feux d'artifice ont illuminé le ciel stambouliote.

Des dizaines de milliers de supporteurs ont afflué vers la place de Taksim, centre névralgique de l'Istanbul nocturne, sur la rive européenne du Bosphore.

Dans une atmosphère saturée par la fumée rouge des feux de Bengale, des jeunes femmes drapées dans le drapeau turc se penchaient aux vitres grande ouverte des voitures qui ont rapidement paralysé le centre d'Istanbul.

Tristesse à Zagreb

Des scènes de liesse analogues se sont reproduites dans la plupart des villes de Turquie, selon les images diffusées par les chaînes de télévision.

A plus de 1500 kilomètres de là, des feux de Bengale ont également été allumés à Berlin et dans d'autres villes allemandes. Plus de deux millions de personnes d'origine turque vivent en Allemagne, qui sera précisément le prochain adversaire de l'équipe, mercredi en demi-finale.

Une immense tristesse se lisait en revanche sur les visages des supporteurs croates à Zagreb. Une explosion de joie sur la place centrale de Zagreb après le but de l'équipe croate, une minute avant la fin de la seconde prolongation, a été rompue quelques instants après par un silence glacial, après l'égalisation des Turcs.

Bagarres

A Vienne, des milliers de supporteurs turcs ont laissé éclater leur joie sur l'un des boulevards circulaires, le Gürtel, paralysant la circulation.

En revanche dans le quartier d'Ottakring, fief de la communauté croate de la capitale autrichienne, plusieurs centaines de supporteurs croates dépités s'en sont pris à des Turcs qui fêtaient leur victoire dans une rue avoisinante, leur lançant des bouteilles. La police a interpellé onze personnes.

Dans la zone de visionnage publique principale, près de la mairie, ce sont au contraire des supporteurs turcs qui, alors que leur équipe était menée 0-1 dans le temps additionnel de la prolongation, ont agressé des fans de la Croatie. Plusieurs bagarres ont alors éclaté. Quelques personnes ont été soignées sur place pour des blessures sans gravité.

Aussi en Suisse

Une bagarre entre des fans turcs et croates a aussi eu lieu avant même le début du match dans la fanzone de Zurich, a indiqué la police municipale dans un communiqué. Trois hommes ont été arrêtés.

La police a aussi interpellé un jeune de 17 ans qui allumait des feux d'artifice au milieu du public. Durant le match, plusieurs douzaines de membres des forces de sécurité sont intervenus pour calmer des supporters.

Scènes de liesse en revanche dans les rues de Bâle. Dès la fin du match, des voitures ont commencé à défiler en klaxonnant dans la cité rhénane, ville qui compte la plus importante communauté turque en Suisse, soit 7700 ressortissants, dont des milliers sont naturalisés.

La cité rhénane recevra mercredi l'équipe de Fatih Terim lors de la demi-finale contre l'Allemagne.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!