Jumelles disparues: La tv italienne implique une Romande
Actualisé

Jumelles disparuesLa tv italienne implique une Romande

Une émission tv italienne fait le rapprochement entre une Fribourgeoise qui a disparu en janvier et Matthias Schepp. Le père de la jeune femme se dit outré.

par
atk

Le mystère autour de la disparition de Livia et Alessia s'épaissit encore un peu. Une nouvelle piste étudiée hier lors de l'émission «Chi l'ha visto?» (Perdu de vue dans la version française du programme) sur la chaîne italienne Rai3, implique Katia Iritano, une jeune femme de 27 ans, disparue de Montbovon (FR) le 25 janvier dernier.

Deux témoins affirment avoir aperçu Matthias Schepp, ses deux filles et Katia Iritano, à la mi-janvier, soit deux semaines avant la disparition des jumelles, dans un magasin de Cantù, une ville proche de Côme dans le nord de l'Italie. «Dans les jours suivants l'Épiphanie, j'ai vu Matthias Schepp à Cantù. Il était avec Alessia et Livia. Il y avait avec eux une femme, celle dont vous avez parlé et qui est disparue depuis la fin janvier», a raconté une femme à l'émission. «Je les ai vus les trois au rayon jouets du Bennet (ndlr. un grand magasin) de Cantù. C'était un samedi du mois de janvier, mais je ne peux pas vous dire lequel. L'homme et la femme ne parlaient pas l'Italien, par contre je ne sais pas avec quelle langue ils communiquaient», a expliqué un autre homme.

«Je devrai contrôler dans mon agenda, mais il est probable que les jours en question, Matthias se trouvait avec les enfants», a expliqué Irina Lucidi.

La témoin corse confirme

«Je suis sûre à 80% que Katia Iritano (ndlr. la femme portée disparue de Montbovon (FR)) est la femme que j'ai vue avec Matthias Schepp à Propriano. Mais elle avait les cheveux blonds», a expliqué, en voyant une photo de Katia I, Olga Orneck l'habitante qui affirme avoir vu Matthias S. à Propriano le 1er février dernier.

Des témoignages qui redonnent un peu d'espoir à Irina Lucidi, la mère des jumelles. Même si cette dernière a affirmé que ses filles n'avaient jamais dit avoir fait un voyage en Italie à la mi-janvier, accompagnées d'une femme.

En Corse en 2006

Fait troublant découvert par une lectrice de 20 minutes, qui ne désire pas dévoiler son nom. Katia Iritano s'était rendue au Cap Corse en 2006. Elle y avait fait un stage d'ornithologie.

Le père de Katia fâché

Le père de Katia Iritano s'est dit indigné par l'hypothèse de la télévision italienne. «C'est absolument impossible que Katia ait quelque chose à voir avec la disparition tragique des jumelles. C'est une personne honnête et ne serait jamais complice de ce genre de chose», a-t-il dit à 20 Minuten online.

Pas une piste privilégiée pour la police fribourgeoise

«La disparition de Katia Iritano est traitée depuis trois semaines. Elle a disparu sans laisser de traces à Montbovon (FR). Et aucun élément à ce jour ne nous permet de privilégier une hypothèse plutôt qu'une autre, soit un accident, un suicide, un meurtre ou encore une disparition volontaire. Les maigres éléments que nous avons pour l'instant n'aboutissent sur rien de probant», a expliqué à 20 minutes Benoît Dumas, chargé de communication à la police fribourgeoise. «Concernant l'émission italienne, je les laisse maîtres de leurs hypothèses. Nous ne pouvons pas être sûrs à 100% que ce ne soit pas possible, mais ce n'est pas une piste privilégiée par la police aujourd'hui, même si nous ne l'écartons pas. Cela dit, des témoins auraient vu Katia à Fribourg, ce qui laisserait penser qu'elle ne se trouvait pas en Italie».

Aucun lien entre les affaires pour la police vaudoise

«Je ne ferai aucun commentaire sur l'émission», nous explique Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police vaudoise. «Mais je peux dire que tout le travail fait en collaboration avec la police fribourgeoise ne nous permet pas de faire de lien entre les deux affaires pour l'instant.»

Ton opinion