Genève: La vaccination va plus vite que la libération des aînés
Publié

GenèveLa vaccination va plus vite que la libération des aînés

La couverture vaccinale des EMS est en très bonne voie, mais les restrictions continuent à peser sur les résidents.

par
Jérôme Faas
D’ici quinze jours, tous les résidents d’EMS qui le désiraient auront reçu les deux doses de vaccin les protégeant (image d’illustration).

D’ici quinze jours, tous les résidents d’EMS qui le désiraient auront reçu les deux doses de vaccin les protégeant (image d’illustration).

AFP

«Tous les résidents des EMS l’ayant désiré ont reçu leur première dose de vaccin. Pour la seconde, dans 90% des établissements, ce sera OK d’ici deux semaines», a annoncé jeudi la pharmacienne cantonale, Nathalie Vernaz-Hegi. Il faudra encore attendre quinze jours pour que l’antidote déploie tous ses effets. Les aînés en institution seront-ils alors libérés du carcan de mesures sanitaires visant à les protéger?

La crainte de la transmission

«Dès que 80% des résidents auront été vaccinés, quelques assouplissements seront possibles», juge Laurent Paoliello, porte-parole du Département de la santé. «Un grand nombre d’EMS répondront à ce critère», évalue Nathalie Vernaz-Hegi. Mais l’ouverture n’est envisagée qu’à petits pas. «Nous sommes demandeurs d’allégements, mais il est clair que les EMS ne pourront pas être totalement ouverts», juge Nicolas Walder. Le président de la faîtière de la branche (Fegems) détaille: «On ne sait pas encore à quel point les vaccins protègent et évitent la transmission. En EMS, il y a aussi du personnel avec des familles dehors à qui il peut transmettre le virus. Et quid de la protection dans six mois? Il faut rester vigilant.»

La volonté de laisser les aînés tranquilles est cependant bien présente. «Nous n’avons pas fait de rétroplanning, cela va dépendre de chaque établissement, mais quand 80% des personnes seront vaccinées, je crois que le système va notablement s’assouplir, prédit Anne-Laure Repond, la secrétaire générale de la Fegems. Pour l’instant, on n’en est pas là, mais quand tous les citoyens auront une vie libre, il n’y a pas de raison qu’il n’en aille pas de même pour les aînés. On ne va pas les laisser enfermés tout l’été.»

Le masque, toujours le masque

Directeur des EMS Résidences du Jura et Pierre de la Fée, Serban Badic juge cependant qu’au minimum, le triptyque masque-distance-désinfection des mains devra être respecté jusqu’à la fin 2021. «C’est une question de cohérence. Si on allégeait trop et que de nouvelles restrictions survenaient, le retour en arrière serait très douloureux pour nos résidents. Nous préférons attendre et être sûrs.»

Cette prudence s’applique du reste à tous les aînés. «Ils peuvent voir leur famille, mais nous les invitons à continuer à respecter les gestes barrières, même vaccinés, plaide Laurent Paoliello. On ne peut pas dire allez-y, c’est bon, puisqu’on ne sait pas si le vaccin stoppe la contagion.»

Les conditions requises pour assouplir

À Genève, les résultats vaccinaux sont excellents (20 infections sur 50’000 patients ayant reçu la 1re dose, une infection sur 27’000 personnes ayant reçu la seconde), mais pas question de laisser les aînés vaccinés vivre normalement. «L’objectif est de baisser la tension hospitalière en vue de la 3e vague, défend Laurent Paoliello. Il faut tenir les gestes barrières pour limiter la circulation du virus. Nous aurons un blanc-seing quand les 40%-50% de la population seront immunisés ou vaccinés. Avec ce ratio, les hospitalisations baissent de 80% à 85%.»

Berne prêt à lâcher du lest

La position de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur les EMS, qui évolue selon la situation épidémiologique, était la suivante au 5 mars: des assouplissements sont possibles si tous les résidents ont eu l’opportunité de se faire vacciner. Dans un tel cas, l’OFSP propose de généraliser la prise de repas en commun et de reprendre les activités de groupe. Il suggère aussi d’autoriser les visites en chambre et d’autoriser les résidents à sortir de l’institution. Mais Berne insiste: il n’est pas question d’autoriser les aînés à renoncer au masque.

Ton opinion

424 commentaires