Actualisé 21.12.2018 à 09:03

Consommation

La valse des labels met la pression sur les éleveurs

En 2019, deux grands distributeurs vont délaisser des normes de qualité. Au détriment du bien-être du bétail, selon les producteurs de viande.

de
Frédéric Nejad Toulami
Coop va privilégier lélevage «naturel» avec son label Natura Veal.

Coop va privilégier lélevage «naturel» avec son label Natura Veal.

Keystone

«Les décisions de Coop et de Migros sont de mauvaises nouvelles. Elles auront une conséquence sur les prix des produits, en réduisant la plus-value pour le bien-être animal.» Conseiller d'Etat fribourgeois, Didier Castella fait partie de ceux, nombreux parmi les producteurs notamment, qui réagissent mal à l'annonce respective des deux grands distributeurs (lire ci-dessous). Les deux enseignes changent de politique en raison de la baisse continue de la consommation de viande de porc (-13% en 7 ans) et de veau (-20%). Notamment Coop avec son label Naturafarm. «Cet abandon de normes de qualité est un mauvais signal à destination des éleveurs qui font justement des efforts quotidiens pour assurer à leurs animaux des meilleures conditions d'existence que le minimum prescrit par la législation», poursuit Didier Castella.

Au-delà du souci du bien-être du bétail, le problème est aussi financier pour les producteurs. Car un changement de label signifie de nouvelles règles à respecter s'ils souhaitent continuer à vendre leur viande aux distributeurs. Ils vont donc devoir investir de l'argent de nouveau pour changer leur système d'élevage, admet Pascal Rufer, de l'association Prométerre. Il estime que «pour respecter la volonté des citoyens-consommateurs, à savoir pouvoir consommer une viande de qualité, produite dans le respect de l'animal et à un prix abordable, un juste prix doit être payé aux producteurs».

Des changements, mais pas que négatifs

Dès 2019, Migros ne paiera plus la prime SRPA pour les veaux, qui garantit des normes d'élevage de qualité. Et Coop a annoncé la semaine passée qu'elle réduira fortement son label Naturafarm pour la filière du porc et l'abandonnera pour le veau. «Pour ce dernier, nous nous concentrerons sur le label Natura Veal à l'avenir, précise Andrea Bergmann, porte-parole de Coop. Or cette marque privilégie le veau élevé avec sa mère et nourri qu'avec avec son lait.

Non-sens et "petchi"

«Alors que le consommateur se préoccupe toujours plus de la manière dont l'animal a été élevé, nous pensons que c'est un non-sens de réduire la part de viande labellisée dans l'assortiment, comme le porc», estime Pascal Rufer. Il voit cependant la stratégie de Coop de privilégier la viande de veau nourri par la mère liée à une question d'image positive. Quant à Didier Castella, il constate une «profusion des labels durables avec des conditions diverses: un véritable petchi.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!