JO 2012 - Cyclisme: «La veille, je savais que ça ne le ferait pas»

Actualisé

JO 2012 - Cyclisme«La veille, je savais que ça ne le ferait pas»

Hier, Fabian Cancellara, l'épaule en compote, n'a pu faire mieux que 7e du contre-la-montre dominé par Bradley Wiggins.

par
Oliver Dufour
Londres
Spartacus a tout donné.

Spartacus a tout donné.

Il s'était promis d'essayer, de tout donner pour remercier son équipe et sa fédération. Au chapitre des médailles du 1er août, «Spartacus» portait le derniers espoirs de tout un pays sur... son épaule droite endolorie. Mais le Bernois, diminué par sa chute dans l'épreuve sur route, n'a pas pu défendre ses chances.

«Toute la journée (n.d.l.r.: hier) et même la veille, je savais déjà que ça ne le ferait pas, a admis Fabian Cancellara. Avec mon handicap, c'était insuffisant pour une médaille olympique.» Ca ne l'a pas empêché d'enfourcher au courage sa monture et de se faire violence. Sous sa potence, une plaquette portant l'inscription «Rock the Queen», entourée d'une couronne et d'une paire de dés. Ceux-ci étaient déjà jetés pour le roi, désormais destitué, du «chrono». Il n'a pas secoué les sujets de Sa Majesté, Bradley Wiggins et Christopher Froome, parés d'or et de bronze. Mais il est allé au bout de lui-même.

«Il est complètement foutu», a confirmé la cheffe de presse de Swiss Cycling, alors que le Bernois grimaçait, assis sur le bitume. «Cela aurait été plus grave pour moi de rentrer à la maison, a assuré «Fäbu». J'aurais vécu ça comme une déception.» Déstabilisé par sa position inconfortable, Cancellara a également dû lutter contre un asphalte «très abrasif», qui ne l'a pas aidé. «Mais ma plus belle victoire, c'est d'être à l'arrivée. C'est ce qui me rend le plus fier»

Ton opinion