Actualisé 07.08.2015 à 06:45

Genève

La vertigineuse traversée d'une Genevoise

C'est une jeune étudiante Genevoise qui détient depuis la semaine dernière le record du monde de slackline en montagne.

de
Julien Culet
A 100m de haut, cest pieds nus que Laetitia a parcouru les 120m qui la séparaient du record.

A 100m de haut, cest pieds nus que Laetitia a parcouru les 120m qui la séparaient du record.

L'ultime tentative avant la nuit aura été la bonne. Laetitia Gonnon, 23 ans, a battu le record du monde féminin de highline le 30 juillet dernier. L'étudiante genevoise a marché en équilibre sur une sangle sur une distance de 120m entre deux parois d'un cirque du massif du Vercors, en France. Pendant quatre jours, la jeune femme a multiplié les tentatives de traversée, à 100 m de haut. Equipée d'un baudrier et attachée à une seconde ligne, les risques étaient limités. «On tombe, on repart, et on chute de nouveau. Il faut s'habituer à la ligne», indique celle qui vit en France voisine. Le dernier essai a duré une dizaine de minutes. «C'est davantage la fatigue mentale que physique qu'il faut gérer sur la fin», explique-t-elle.

Laetitia est venue à la slackline il y a quatre ans. Grande pratiquante d'escalade, c'est à la suite d'une grave blessure au genou qu'elle s'y est mise sérieusement. «C'est souvent utilisé par les physios pour de la rééducation», précise-t-elle. Des parcs entre amis, à quelques centimètres du sol, elle est vite passée à la montagne, là où ce sport est appelé highline.

Entend-elle améliorer la marque qu'elle a établie? «Pas forcément. La beauté du paysage m'intéresse plus que la longueur de la ligne.» Avec cet exploit, elle voulait montrer «que les filles, sous représentées dans ce sport, peuvent faire aussi bien que les garçons».

Un matériel qui diffère

Pour l'instant, les records ne sont pas encadrés de manière officielle, ils sont donc établis par le bouche à oreille, surtout sur internet. «Quand quelqu'un fait une performance, il le fait savoir», précise Laetitia. Les records diffèrent selon le matériel employé. En juin, un Français a traversé 469m avec un équipement plus léger. Un Zurichois détient lui la plus longue marque avec un autre équipement. Il a parcouru 169m la semaine dernière à Andermatt. Laetitia, elle, assure détenir le record féminin tout matériel confondu.

Pratique accessible à tout le monde

La slackline est un dérivé du funambulisme. Elle s'exerce sur une sangle en polyester non tendue et non un câble. Aucun prérequis particulier n'est demandé pour s'y mettre. «Pas besoin d'avoir de l'équilibre. Il faut persévérer car au début c'est dur pour tout le monde», explique Laetitia. La jeune femme pratique elle la highline, à plusieurs dizaines de mètres de haut. «La sensation de vide dépend de la longueur de la ligne et pas de la hauteur car on ne regarde pas en bas», témoigne celle qui était déjà contaminée par l'ivresse des cimes via sa pratique de l'escalade.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!