Argentine: La vidéo d'un drame en montagne fait scandale
Actualisé

ArgentineLa vidéo d'un drame en montagne fait scandale

Une vidéo diffusée sur le net montrant le sauvetage désespéré d'un guide italo-argentin près du sommet de l'Aconcagua, à 6500 m d'altitude, provoque une polémique en Argentine.

Le père de la victime, qui a porté plainte, accuse les sauveteurs d'avoir abandonné son fils.

«Il ne bouge pas: j'ai demandé l'autorisation au juge (pour l'abandonner sur place)», dit l'un des sauveteurs à la caméra, alors que l'on voit au second plan le guide, Federico Campanini, 31 ans, tenter de se mettre débout sur la neige.

On ignore à quel juge fait référence le sauveteur, qui dit «jueza» : juge au féminin.

«Ca y est!», dit le caméraman. «Mets-toi débout, imbécile», crie un autre sauveteur. «Allez, merde !», entend-t-on. Puis : «Réagis, imbécile!». «Que Dieu l'éclaire et lui donne des forces, s'il vous plaît...», murmure le caméraman.

Le guide se traîne péniblement. Les sauveteurs tirent en vain.

Carlos Campanini, le père du guide, qui a reçu anonymement une copie du film et l'a diffusé sur internet, a déclaré à la presse que les sauveteurs avaient «laissé mourir» son fils.

«Ils allaient chercher un cadavre et ils ont trouvé un survivant», a-t-il dit.

Les sauveteurs, qui avaient passé une corde autour de la ceinture du guide, n'avaient pas prévu d'équipement d'oxygène ultra-léger pour lui, ni de sac de couchage thermique, ni de brancard pour le transporter.

Ils étaient obligés de remonter vers le sommet avant de redescendre en empruntant une meilleure voie ce qui a entraîné un débat parmi les spécialistes sur la possibilité, dans ces conditions extrêmes, de se servir d'un brancard.

La vidéo reprend après une coupure. «Nous avons fait dix mètres, nous n'en pouvons plus», dit le caméraman. Il est question d'une tente, puis la voix off explique : «Nous nous battons aussi pour nos propres vies».

Un sauveteur parle à la radio: «Dis-leur qu'il est en train de mourir, il n'en peut plus, dans 40 minutes il meurt».

«Allez, Federico, imbécile», dit l'un des sauveteurs, tandis qu'on entend le caméraman pleurer. On voit ensuite le guide déjà loin des sauveteurs, sans qu'on puisse savoir s'il a été abandonné vivant.

Federico Campanini était le guide d'un groupe d'alpinistes italiens. Il est mort victime d'un oedème pulmonaire, d'hypotermie et de déshydratation, dans la nuit du 8 au 9 janvier. Auparavant, une Italienne, Elena Senin, 38 ans, était décédée.

Le groupe de cinq personnes qui avait entamé l'escalade de l'Aconcagua le 1er janvier avait atteint le sommet le 6 avant d'être pris mardi dans une très violente tempête.

(afp)

Ton opinion