Supercross: La vidéo de Marc Ristori sur sa moto
Actualisé

SupercrossLa vidéo de Marc Ristori sur sa moto

Le champion, paraplégique depuis trois ans après son grave accident lors du Supercross de Genève, a réalisé un incroyable exploit. Regardez le film, qui vient tout juste d'être mis en ligne.

par
Jacqueline Favez

Le film tourné le jour où Marc Ristori a renoué avec le cross:

C'est sans doute la plus belle chose qu'on pouvait lui souhaiter: Marc Ristori est remonté sur une moto, moins de trois ans après avoir été grièvement blessé lors du Supercross de Genève, un accident qui l'a laissé paraplégique.

Le champion a pris la piste cet automne, en compagnie de ses potes crossmen Mat Rebeaud et Arnaud Tonus. Une journée qui a été immortalisée dans un court-métrage, présenté vendredi soir à la presse, dans le cadre du Supercross. «Ca faisait longtemps que je n'avais pas eu les larmes aux yeux en regardant un film», a commenté Mat Rebeaud, présent en salle de presse, en écho à l'émotion de Marc Ristori. Le Genevois n'a pas caché à quel point il lui coûtait de revenir, en simple spectateur, humer l'arène de Palexpo, lui qui a disputé son premier Supercross de Genève à l'âge de 13 ans.

Pour se «relever»

Refaire de la moto était pour lui une manière de montrer que son accident n'aura été qu'une étape dans sa vie. «C'est ma façon de me relever» a-t-il expliqué. Et aussi, de répondre à une attente très forte de ses fans, qui le pressaient depuis des mois pour savoir si, et quand, il allait reprendre le guidon.

Pour arriver à cette fameuse journée, il a fallu de longs mois de préparation de sa monture: arceau en titane pour le protéger des chocs, selle spéciale anti-escarres pour éviter qu'il ne se blesse, démarreur électrique, vitesses au guidon, rien n'a été laissé au hasard. «Le but, c'était de remonter, d'aller à mon rythme. La vitesse, le niveau, ce n'était pas important. Ce qui compte, c'est d'avancer.» Un défi à la hauteur de la force mentale exceptionnelle de ce champion et un exploit physique à la hauteur de l'entraînement intensif qu'il s'impose depuis son accident, «pour me préserver au maximum», explique-t-il.

Mais le Genevois n'envisage d'aucune sorte un retour à la compétition. Même si sa moto est «dans les starting-blocks», elle risque de ne servir qu'une ou deux fois par année, pour «être avec les gars», comme lors de sa première sortie.

Ton opinion