La vie bouleversée de 35 castors
Actualisé

La vie bouleversée de 35 castors

Une rampe a été installée au barrage du Seujet pour faciliter la migration des castors.

Le barrage du Seujet est affublé depuis peu de bouts de bois assemblés en rampe. Cette installation, toute rudimentaire soit-elle, va changer la vie des trente-cinq castors qui résident dans le canton.

«Chaque castor adulte cherche de nouveaux territoires, donc de nouveaux cours d'eau. Chez nous, le grand axe de migration qu'ils suivent est bloqué par le piège que forme le barrage du Seujet, qui sépare le Rhône du lac. Le cheminement boisé que nous avons installé leur permet de contourner l'obstacle.» Damien Sidler, responsable du projet aux Services industriels, précise que l'installation n'est pas terminée: «Pour attirer les castors au bon endroit, nous allons ajouter de la végétation aux deux entrées.» Une passerelle similaire est prévue au barrage de Verbois.

Pour le castor, toujours menacé d'extinction, ce chemin boisé est un cadeau d'anniversaire. Sa réintroduction date en effet de 1956. Olivier Bodmer, animateur de Contact Castor, la juge très réussie. La population a fortement augmenté, notamment du côté de Versoix. «Tous les trois ans environ, on repère un castor dans le petit lac. Le dernier, on l'a vu nager autour de l'île Rousseau.» La rampe pourrait intensifier cette fréquence. «Elle servira également à d'autres espèces comme la loutre», précise Olivier Bodmer. Va-t-on déjà devoir penser à la construction d'une deuxième voie au Seujet?

David Haeberli

Ton opinion