16.02.2017 à 19:31

Parlement européen

La vie des robots va être régulée, mais pas taxée

Les eurodéputés se sont prononcés pour encadrer les machines et l'intelligence artificielle. Mais sans s'attaquer aux conséquences qui pourraient être très négatives sur l'emploi.

de
afp/reg
Les progrès de lautomatisation font peser une menace sur la main-duvre, notamment peu qualifiée.

Les progrès de lautomatisation font peser une menace sur la main-duvre, notamment peu qualifiée.

AFP

Où s'arrêteront les robots? Les tâches qu'ils pourraient effectuer dans un futur proche paraissent illimitées. Assurer le service dans un restaurant, conduire une voiture, assister un chirurgien dans un bloc opératoire... Le robot Ross est même capable de compiler 200 millions de pages de textes juridiques en trois secondes.

Face à cette situation, le Parlement européen a voté jeudi en faveur de règles encadrant l'intelligence artificielle, notamment en ce qui concerne la responsabilité en cas d'accident. Les députés avaient en tête les risques que pourraient faire courir les voitures sans chauffeur. D'autant plus que les systèmes les plus récents permettent aux machines d'apprendre de leurs expériences, ce qui entraîne une certaine part d'imprévus dans leur comportement.

Bien que le rapport ait été adopté par le Parlement, l'eurodéputée qui l'a porté s'est dit «déçue» que les «éventuelles conséquences négatives sur le marché du travail» n'aient pas été prises en compte. Elle proposait d'introduire une taxe sur les robots, pour compenser les pertes fiscales pour l'Etat, vu que les machines ne paient pas les cotisations sociales dont s'acquittent aujourd'hui les travailleurs. Autre idée non retenue par le Parlement: l'introduction d'un revenu universel de base, qui aurait permis de compenser en partie les pertes d'emplois liées à la généralisation des robots.

Les robots font leur show à Las Vegas

Quelques images du Consumer Electronics Show (CES), le salon de l'électronique.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!