«Philomena»: La vieille dame qui savait pardonner
Actualisé

«Philomena»La vieille dame qui savait pardonner

Avec «Philomena», Stephen Frears, nous donne une bonne leçon d'humanité.

par
Catherine Magnin

Philomena (Judi Dench) est un phénomène. Cette vieille dame (in)digne est habitée par la foi du charbonnier. Ado, elle a été internée chez les «bonnes» sœurs parce qu'elle avait fauté. On l'a fait trimer sans lui laisser voir son enfant plus d'une heure par jour. On l'a contrainte à accepter qu'il soit adopté. Et quand, 50 ans plus tard, elle a voulu retrouver son fils, les religieuses lui ont claqué la porte au nez. Pourtant, Philomena continue de croire aux vertus de la miséricorde, à la puissance du pardon, à la bonté divine.

Voilà qui laisse bouche bée Martin (Steve Coogan), ancien journaliste et porte-parole tombé en disgrâce, auquel Philomena s'est adressée. Elle lui confie son histoire, dans l'espoir qu'il l'aidera à briser le mur du silence. Et elle ne se gêne pas pour clouer le bec à ce journaliste aigri et cynique.

En route vers les Oscars?

Outre son réquisitoire contre l'Eglise irlandaise et ses pratiques scandaleuses, ce qui emporte tout dans le film de Stephen Frears, c'est la puissance des personnages et leur respect mutuel au-delà de leurs différences. Le réalisateur a donc opté pour une sobriété de mise en scène qui laisse la place aux dialogues et au jeu des acteurs. Bien lui en a pris: «Philomena» est nominé aux Golden Globes dans les catégories Meilleur film dramatique, Meilleure actrice dans un drame (Judi Dench), et Meilleur scénario (coécrit par Steve Coogan).

«Philomena»

De Stephen Frears. Avec Judi Dench, Steve Coogan.

Sortie le 8 janvier 2014

***

Ton opinion