Actualisé

Mirny, RussieLa ville à la porte de l'Enfer

La ville russe de Mirny se trouve juste à côté d'un énorme cratère profond de 525 mètres, que les autochtones nomment «La porte de l'Enfer».

par
Meret Steiger
1 / 10
Ce cratère se trouve près de la ville de Mirny, en Sibérie.

Ce cratère se trouve près de la ville de Mirny, en Sibérie.

Andrey Rudakov / Ptukhina Natasha / CC BY-SA 3.0
Il est profond de 525 mètres et mesure 1,2 km de diamètre.

Il est profond de 525 mètres et mesure 1,2 km de diamètre.

A. L. (loading) / CC BY-SA 4.0
La plupart des habitants surnomment le trou «la porte de l'Enfer».

La plupart des habitants surnomment le trou «la porte de l'Enfer».

A. L. (loading) / CC BY-SA 4.0

Les habitants de Mirny vivent au bord de l'abîme : juste à côté de leur ville, il y a un trou géant que les gens du coin considèrent comme la « porte de l'Enfer ». Le trou qui mesure 1,2 km de diamètre a une profondeur de 525 mètres.

Du pain bénit pour les théoriciens de la conspiration, pourrait-on penser. De fait, le trou a été creusé par les hommes. Il s'agit d'une mine de diamant. C'est même l'une des plus grandes du monde.

Cette mine existe depuis 1957. C'est Staline qui en avait ordonné la construction après la Deuxième Guerre mondiale. Les terribles conditions climatiques sibériennes rendent très difficile le travail dans la mine. Le sol est gelé la plupart du temps ; beaucoup de machines ne résistent pas au froid. De temps à autre, on utilise une turbine à moteur pour dégeler le sol, ou pour briser des sections entières.

2000 kilos de diamant par année

Dans ses meilleures années, la mine donnait 2000 kilos de diamant (10 millions de carats). La plupart des habitants de Mirny y travaillent. L'extraction est désormais uniquement souterraine.

De nombreuses rumeurs circulent au sujet de cette énorme cavité, qui sont reliées à l'interdiction signifiée aux avions et hélicoptères de survoler la mine. Cette dernière a acquis dès lors une réputation semblable à celle du triangle des Bermudes. C'est pourtant en vain qu'on y chercherait des avions ou hélicos qui s'y seraient perdus, qui auraient été «attirés par le trou». Personne n'a jamais donné aucune preuve.

Ton opinion