Actualisé 12.06.2012 à 07:42

Plaine de PlainpalaisLa Ville confond euros et francs: la facture grimpe

Un couac sur la devise aurait haussé le coût du projet de skatepark sur la plaine de Plainpalais. Le conseiller administratif Rémy Pagani dément.

de
Henri Della Casa

Même s'il aura coûté près de 500 000 francs plus cher que prévu, le futur skatepark de la plaine de Plainpalais sortira bien de terre à la fin de l'été. Et ce, comme nous l'indiquions vendredi, grâce à un mécène, promoteur immobilier de son état.

Change désavantageux

Toujours est-il que le dépassement de crédit annoncé par Rémy Pagani n'est pas anodin. La première et principale raison découle d'une budgétisation, à 1,2 million de francs, en deçà du coût du skatepark. «Ces installations sont rares, et la qualité du produit choisi a impliqué un dépassement de crédit», affirme le chef du Département des constructions.

Deuxièmement, selon plusieurs sources concordantes, la Ville aurait considéré le devis d'une entreprise française en francs suisses alors qu'il s'agissait d'un montant en euros. De quoi saler un peu plus la facture finale, conversion oblige. Rémy Pagani dément catégoriquement l'explication. «L'appel d'offres ainsi que la rentrée des soumissions se sont faits en francs suisses.»

D'autres sponsors souhaités

Le magistrat entend mener le projet à bien et en «appelle à d'autres sponsors». Le premier d'entre eux, donc, Abdallah Chatila, explique son soutien financier par sa volonté de parrainer des projets dans le social et la jeunesse.

«On passera de la plus crapoteuse place de skate d'Europe à la plus belle», se réjouit le conseiller administratif des sports, Sami Kanaan, lequel s'est aussi mobilisé pour trouver des fonds privés.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!