Actualisé 06.05.2016 à 17:02

Incendies au CanadaLa ville de Fort McMurray interdite pour longtemps

«Ce ne sera pas une question de jours»: les habitants de la ville de l'Alberta dévastée par un incendie devront patienter avant de pouvoir rentrer chez eux.

1 / 78
Le brasier a dévoré pendant deux mois près de 600'000 hectares de forêt et jeté sur les routes près de 100'000 personnes. (Lundi 1 mai 2017)

Le brasier a dévoré pendant deux mois près de 600'000 hectares de forêt et jeté sur les routes près de 100'000 personnes. (Lundi 1 mai 2017)

Keystone
Les feux de forêt qui ont ravagé Fort McMurray ont généré des dommages évalués à 3,58 milliards de dollars canadiens (2,49 milliards d'euros). (Jeudi 7 juillet 2016)

Les feux de forêt qui ont ravagé Fort McMurray ont généré des dommages évalués à 3,58 milliards de dollars canadiens (2,49 milliards d'euros). (Jeudi 7 juillet 2016)

Keystone
Les pompiers sud-africains, envoyés à Fort McMurray en renfort, se sont mis en grève après avoir découvert qu'ils étaient moins bien payés que leur collègues canadiens. Le président sud-africain a dû se mêler de l'affaire.

Les pompiers sud-africains, envoyés à Fort McMurray en renfort, se sont mis en grève après avoir découvert qu'ils étaient moins bien payés que leur collègues canadiens. Le président sud-africain a dû se mêler de l'affaire.

Reuters

Les 80'000 habitants évacués de la ville canadienne de Fort McMurray, encerclée par des incendies, doivent se préparer à ne pas revenir chez eux avant longtemps, ont prévenu jeudi les autorités de l'Alberta. Des quartiers entiers ont été réduits en cendres.

«Il est évident que les dégâts causés» par les feux à Fort McMurray «sont conséquents et la ville n'est pas du tout sûre pour le moment», a indiqué le premier ministre de l'Alberta, Rachel Notley, en affirmant qu'il faudrait du temps, une fois les feux circonscrits, pour sécuriser l'ensemble de la ville.

«Je vais être très directe (...) ce n'est simplement pas possible, ni responsable de spéculer sur le moment où les habitants pourraient rentrer», a-t-elle déclaré. «Malheureusement, nous savons que ce ne sera pas une question de jours», a-t-elle expliqué.

Dans ces conditions, des mesures doivent être prises sur le moyen terme à la fois pour les logements, pour la scolarité des enfants et simplement pour assurer la vie quotidienne des 80'000 habitants de la ville, a expliqué Mme Notley.

Aides financières

Le gouvernement de la province ne veut pas donner d'espoir aux habitants et veut préparer les sinistrés à reprendre leur vie aussi vite que possible dans des villes comme Edmonton ou Calgary.

«Dans les prochains jours, des aides financières supplémentaires seront allouées afin que les Albertains sinistrés aient les ressources et les revenus dont ils ont besoin», a-t-elle poursuivi.

La solidarité s'organise au niveau de la province et au-delà au Canada pour assurer le nécessaire pendant la transition. «Les écoles publiques et privées d'Edmonton ont fait savoir qu'elles proposeraient des places pour les élèves et les lycéens évacués», selon le premier ministre.

Toute l'agglomération de Fort McMurray a été vidée de ses habitants depuis bientôt 48 heures et certains quartiers ne sont plus que cendres et carcasses calcinées, selon des images partagées par des pompiers.

Les services d'urgence ont noté un léger mieux jeudi et si les feux ont progressé, leur avancée a été plus lente. Mais une dizaine de foyers restent hors de contrôle en dépit des moyens déployés: plus de 1100 pompiers, une vingtaine de bombardiers d'eau et autant d'hélicoptères.

Au total, 85'000 hectares ont brûlé dans toute la province, grande pratiquement comme la France, dont plus de 12'000 hectares autour de Fort McMurray. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!