Statut du personnel: La Ville de Genève veut devenir un employeur «sexy»
Actualisé

Statut du personnelLa Ville de Genève veut devenir un employeur «sexy»

La nouvelle grille salariale des employés de la Ville de Genève prévoit une progression de 70% sur les dix premières années, les 30% restant s'étalant sur les 15 années suivantes.

La Ville de Genève a présenté jeudi le nouveau statut de son personnel.

La Ville se rêve en employeur plus sexy, plus moderne mais aussi plus exigeant, selon la magistrate Sandrine Salerno.

Le nouveau statut est le résultat de longues négociations avec les syndicats, ont relevé à l'unisson la magistrate socialiste et son collègue radical Pierre Maudet. Tous deux sont fiers d'avoir pu achever l'un des plus grands chantiers de la législature, alors qu'ils sont arrivés novices à la table de discussion.

Dépoussiérer ce statut qui date de 1926 et a été réformé en 1986 n'était pas une mince affaire. Au final, le «paquet ficelé», selon les termes de M.Maudet, prévoit un statut unique pour l'ensemble du personnel. Il est résolument moderne, clair et exemplaire, souligne Mme Salerno.

Les deux jeunes magistrats ont voulu donner un coup de pouce particulier aux jeunes en début de carrière. Ainsi, la nouvelle grille salariale prévoit une progression de 70% sur les dix premières années, les 30% restant s'étalant sur les 15 années suivantes.

Le coût supplémentaire de l'introduction de cette nouvelle grille salariale est estimée à 3,3 millions de francs par année, à charge de la Ville. La masse salariale est actuellement de 418 millions pour environ 3800 collaborateurs.

Le dernier mot reviendra au législatif. (ats)

Ton opinion