Genève: La Ville déclenche son plan hivernal pour les sans-abri
Actualisé

GenèveLa Ville déclenche son plan hivernal pour les sans-abri

Plus de 200 places d'accueil pour les SDF seront disponibles la nuit dans des abris PC. La Municipalité plaide pour une action intercommunale.

par
David Ramseyer
Keystone/Martial Trezzini

«A l'approche des grands froids, il est intolérable que des personnes se retrouvent sans toit pour dormir», s'émeut Esther Alder, conseillère administrative chargée de la solidarité. Dès mercredi, l'abri de protection civile des Vollandes, aux Eaux-Vives, ouvrira ses portes aux plus démunis. Destiné aux hommes, il offrira chaque nuit 100 lits et un repas chaud. Le centre réservé aux femmes et aux personnes gravement atteintes dans leur santé, dans l'abri PC de Richemont, a déjà ouvert le 1er novembre. Les familles, elles, bénéficient de 50 lits à l'Armée du Salut, aux Pâquis. Le dispositif d'urgence hivernal de la Ville, réactivé pour la 17e année consécutive, sera opérationnel jusqu'à fin mars.

S'il est possible de se présenter le soir même aux abris PC en cas d'urgence absolue, la pratique veut que les SDF à la recherche d'un refuge s'adressent d'abord au Club social rive droite pour y effectuer les procédures d'admission. Le numéro d'appel est le 022 418 47 00. Ce téléphone est aussi destiné à ceux qui souhaitent signaler une personne dans le besoin. Le numéro d'urgence 144 est également à disposition.

Objectif: zéro sans-abri

Depuis deux ans, les chiffres de l'accueil d'urgence hivernal sont stables. Les abris PC de la Ville ont hébergé 1091 personnes lors de l'hiver 2015-2016 (pour un total de 20'463 nuitées) et 1076 l'hiver passé (21'115 nuitées). Environ 10% d'entre elles sont des Suisses où des personnes avec un titre de séjour valable. Le reste comprend des ressortissants de l'Union européenne, des sans-papiers, etc.

«Notre objectif est de zéro sans-abri à l'horizon 2020», clame Esther Alder. La Ville dépense chaque année 1,7 million de fr. pour financer, seule, ses hébergements d'urgence. Elle aimerait bien que d'autres municipalités s'impliquent davantage dans ce domaine.

Des discussions sont justement en cours au sein de l'Association des communes genevoises. Son président, Thierry Apothéloz, évoque la création d'un fonds commun pour l'hébergement des personnes sans domicile fixe. Il permettrait d'aider financièrement la municipalité genevoise au nom de la solidarité entre communes, d'ouvrir des abris ailleurs qu'en ville ou de construire des appartements-relais. Dans le Cité de Calvin, un projet en ce sens à Fort-Barreau vient d'ailleurs d'être voté. «Mais pour certaines communes, il n'est pas facile d'appréhender une telle situation, souligne Thierry Apothéloz. Toutes ne sont pas confrontées à la problématique des sans abri, ce n'est pas leur réalité quotidienne.»

Ton opinion