Actualisé 30.10.2019 à 16:23

Lausanne

La Ville investit dans la vaisselle consignée

Le succès des repas à l'emporter génère des quantités astronomiques de déchets. A Lausanne, la Ville fournit désormais aux restaurateurs de quoi parer au problème.

de
Pauline Rumpf
Sur 20 bols reçus il y a deux mois, Lysa Gibelin n'en a vendu que quatre pour l'instant... mais elle est confiante: la campagne officielle n'a même pas encore commencé.

Sur 20 bols reçus il y a deux mois, Lysa Gibelin n'en a vendu que quatre pour l'instant... mais elle est confiante: la campagne officielle n'a même pas encore commencé.

rmf

Si vous vous rendez de temps en temps dans un restaurant proposant des plats à l'emporter, vous aurez peut-être remarqué une pile de conteneurs couleur aubergine sur un coin du comptoir. Ils se font encore un peu discrets, mais apparaissent dans toute la ville: Lausanne veut encourager l'utilisation de vaisselle consignée pour réduire l'utilisation de plastique à usage unique. En partenariat avec GastroLausanne, la Ville fournit donc aux restaurateurs le soutien logistique pour le faire.

Le concept est simple: plutôt qu'une barquette à jeter, le restaurateur remplit un bol réutilisable facturé 10.- en plus du repas. Cette caution sera récupérée quand il sera rendu (propre ou sale du jour même), ou le bol peut-être conservé pour les prochains repas à l'emporter. Désormais, c'est possible dans une cinquantaine de restaurants lausannois.

«Ça ne fonctionnera que quand ce sera obligatoire»

«C'est bien qu'on soit beaucoup à le faire en même temps, c'est moins risqué et un investissement moindre, même si pour l'instant le réseau est encore peu connu, estime Lysa Gibelin, gérante de La Pause. Pour l'instant nous n'avons vendu que quatre boîtes en deux mois... mais de nombreux clients viennent avec leur propre contenant, c'est encourageant.» L'action ne sera communiquée officiellement qu'en février, pour laisser les restaurateurs s'habituer avant le lancement.

«Pour nous c'est moins de frais d'emballage, et à terme un peu moins de travail, poursuit Lysa Gibelin. Mais tant que ce n'est pas entré dans les habitudes des gens, on ne peut pas préparer de plats à l'avance dans ces boîtes.» La manager raconte d'ailleurs que la caution de 10 fr. a déjà refroidi plusieurs clients, qui se sont rabattus sur le carton gratuit (même s'il coûte 0,40 fr. au restaurateur). «Ça ne fonctionnera vraiment que le jour où ce sera obligatoire», prédit-elle.

La sauce commence à prendre en Suisse romande

Le partenariat avec la Ville est un des plus importants pour ReCircle, qui vend les boîtes consignées, mais il n'est pas le premier. En Suisse romande, Yverdon a été pionnière en 2015 en lançant une telle campagne. Neuchâtel aussi, avec un autre fournisseur. Les collectivités s'associent aussi peu à peu à ReCircle. Les restaurants Coop et Migros se sont emparés de l'idée, tout comme les cafétérias de l'EPFL, du CHUV et de plusieurs restaurants de personnel.

Et la société s'est bien implantée aussi à Genève et Fribourg ainsi qu'Outre Sarine, même si le concept n'est pas institutionnalisé; chaque restaurant participe à ses frais. La ville du bout du lac a toutefois décidé de bannir tout plastique à usage unique dès 2020, expliquant entre autre le succès de la vaisselle consignée.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!