Genève: La Ville organisera un Nouvel An local et engagé
Actualisé

GenèveLa Ville organisera un Nouvel An local et engagé

Le 31 décembre, les Genevois pourront fêter le passage à la nouvelle année sur le quai du Mont-Blanc avec musique et feux d'artifice.

par
Maria Pineiro
Le Nouvel an 2016-2017 avait déjà eu lieu sur les quais.

Le Nouvel an 2016-2017 avait déjà eu lieu sur les quais.

Keystone/Martial Trezzini

On ne change pas une équipe qui gagne! Après avoir confié la programmation du 1er Août à Eric Linder, (aka Polar et patron du festival Antigel), Rémy Pagani lui a redonné les clés de la maison pour organiser le Nouvel An en Ville de Genève. «J'ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec lui pour la fête nationale. Je suis très satisfait du résultat. toutes les conditions pour continuer cette collaboration étaient donc réunies», a expliqué le maire.

«Tout Genève sur les quais.» c'est le slogan choisi pour les célébrations du passage à 2018. «C'est une manière d'inviter les habitants à se rassembler pour participer à une fête ouverte à toutes les bourses», a précisé le Rémy Pagani. Les festivités seront entièrement gratuites. Il s'agit pour l'élu de montrer qu'à Genève on peut faire la noce à peu de frais a-t-il glissé dans une allusion à peine voilée aux Fêtes de Genève très largement déficitaires.

Stars en devenir

Eric Linder a choisi les quais du Mont-Blanc pour leur proximité avec le quartier populaire des Pâquis. L'espace accueillera quatre scènes pour quatre ambiances différentes. La Rotonde, lieu central des festivités, sera dédiée aux musiques urbaines. Les Genevois pourront découvrir les locaux Makala, Di-Meh et Slimka, rappeurs et dj's du terroir affiliés au Colors Label. «Ils sont jeunes, ils sont le symbole du travail effectué dans les maisons de quartier et sont actuellement en tournée dans la francophonie, a souligné Eric Linder. Ce sont de futures stars, des figures emblématiques de la scène rap dans la langue de Molière.»

Cette même scène accueillera un peu plus tôt dans la soirée l'invité d'honneur de l'édition 2017. A savoir Sa'aleek, un groupe de rap palestinien des territoires occupés.« C'est le volet solidaire de cette fête», a imagé Rémy Pagani. Il ne voit aucune matière à polémique dans cette invitation qu'il assume totalement comme élu d'une «ville multiculturelle».

Local et multiculturel

A l''image de la scène principale, les autres espaces du festival se déclineront en volets locaux ou plus multiculturels. Ainsi, le quai du débarcadère des Mouettes accueillera des sons afro-caribéens. Un peu plus loin, c'est le collectif de Arkham Asylum qui fera se déhancher les visiteurs au son de la funk et de la disco pour une soirée Block party. Les amateurs de musiques électroniques n'ont pas été oubliés. Des dj genevois seront rassemblés devant les bains des Pâquis pour les faire suer jusqu'à 2h30 du matin, heure de fin des festivités. Des feux d'artifice offerts par l'hôtel Kempinsky égaieront la soirée.

Les danseurs fatigués pourront se délasser dans un espace chill out administré par la FEGPA/Carrefour addictions. Cet espace permettra notamment aux fêtards de tester leur taux d'alcoolémie grâce à une alcoborne.

Le prix de la sécurité

Le budget des festivités se monte à 247'000 francs, dont 40'000 pour la sécurité. «Un poids de plus en plus important», s'est désolé Rémy Pagani. Les autorités attendent entre 20 et 30'000 personnes pour cette soirée.

Des perturbations routières sont à prévoir. Les quais seront fermés de la Perle du lac à la rue des Alpes du 31 décembre à 19h au 1er janvier à 9h.

Ton opinion