Actualisé 24.02.2016 à 11:33

GenèveLa Ville tolère le voile porté par une employée

En contact avec le public, une fonctionnaire municipale peut couvrir ses cheveux, en attendant le futur projet de loi sur la laïcité. La décision crée la polémique.

von
dra
photo: Keystone

Le Département de la culture de la Ville de Genève a autorisé une de ses employées, qui est en contact avec le public, à porter le voile. Un cas de figure unique, souligne la Municipalité dans la «Tribune de Genève». Une décision «temporaire», en attendant que le Grand Conseil se prononce – en principe juste avant l'été ou en septembre prochain – sur le projet de loi sur la laïcité.

La Ville dit privilégier la tolérance en attendant la décision du Parlement. La future loi devrait régler la situation, puisqu'elle obligera les fonctionnaires cantonaux et communaux à «s'abstenir de signaler leur appartenance religieuse par des propos ou des signes extérieurs».

La décision de la Ville suscite cependant l'opposition de plusieurs élus, à droite comme à gauche. Ils notent que la laïcité de l'Etat est inscrite dans la Constitution, cela suffirait alors à régler la question et donc à interdire le port du voile. Ce dernier serait aussi un frein à l'intégration et ouvrirait la porte au communautarisme.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!