La violence dans les jeux vidéos inquiète
Actualisé

La violence dans les jeux vidéos inquiète

Pro Juventute veut protéger les enfants et les jeunes contre la violence dans les médias de divertissement.

La fondation lance une pétition demandant aux instances politiques une réglementation pour combler les lacunes dans ce domaine. La branche du divertissement considère pour sa part toute réglementation supplémentaire comme inutile.

Avec sa pétition, Pro Juventute entend notamment obtenir la création d'un service de certification national indépendant. Il serait chargé d'évaluer les logiciels de loisirs, les vidéos et les représentations cinématographiques pour leur attribuer des limites d'âge contraignantes valables dans tout le pays, a précisé jeudi la fondation.

Les enfants et les jeunes ont un accès quasi illimité et incontrôlé aux représentations violentes. Que ce soit dans les jeux sur ordinateur, les vidéos ou les téléphones portables, ces scènes se banalisent. Les âges limites fixés pour les vidéos et les logiciels ne suffisent pas, car ils reposent uniquement sur les autodéclarations de fabricants et commercants.

La pétition «Stop à la violence sournoise» ne se limite pas à l'aspect restrictif: la fondation veut aussi favoriser la prévention en demandant à la Confédération et aux cantons de promouvoir l'éducation aux médias de divertissement auprès des jeunes et des parents.

De son côté, la branche du divertissement interactif rejette cette pétition. Une réglementation supplémentaire est inutile, car la branche a déjà fixé des principes de comportement, ont communiqué jeudi les fournisseurs du divertissement interactif. (ap)

Ton opinion