Actualisé

PhilippinesLa violente tempête atteint le seuil de 100 victimes

Le bilan de la tempête tropicale qui a balayé la capitale des Philippines, Manille, provoquant les pires inondations depuis 40 ans, a atteint 100 morts.

Le gouvernement reconnaît être dépassé par l'ampleur de la tâche.

Plus de 451 000 personnes ont été déplacées, a précisé lundi le Centre de coordination des catastrophes nationales.

L'état de catastrophe naturelle a été décrété à Manille. Cette ville de 12 millions d'habitants a été inondée samedi par des pluies torrentielles qui ont accompagné la tempête tropicale Ketsana.

Lundi, alors que la boue et l'eau stagnante ralentissaient les interventions, le gouvernement a reconnu que les services de secours, occupés à parer au plus pressé, étaient «dépassés».

«Nous avions l'habitude d'intervenir dans une ville, dans une ou deux provinces, mais cette fois, l'une après l'autre appellent à l'aide. Les moyens matériels et humains sont répartis de façon insuffisante», a déclaré le responsable du Centre de coordination des catastrophes nationales, Anthony Golez.

Samedi, neuf heures durant, la tempête Ketsana s'est abattue sur cette ville tentaculaire. Le niveau des eaux a atteint six mètres par endroits.

Quartiers submergés

La désolation règne dans certains quartiers de Manille, dont 80% ont été noyés sous les eaux, selon la Croix-Rouge. Deux jours après le déluge, des quartiers restaient submergés et des habitants étaient encore bloqués au 2e étage de leur maison, selon la télévision locale.

Réfugiés dans des camps de fortune, les sinistrés manquent cruellement de nourriture, d'eau et de vêtements, ont souligné des responsables locaux.

«Nous n'avons pas d'argent, pas de famille. Nous ne savons pas quoi faire. Nous attendons des rations alimentaires», a témoigné à l'AFP Edgar Halog, un chauffeur de minibus de 44 ans, dont la maison a été détruite

Le gymnase où les réfugiés sont assis à même le sol sert également à entreposer des cercueils blancs, où reposent les corps de 11 victimes des inondations. Ajoutant au chaos, le téléphone et l'électricité restaient coupés dans une partie de la ville.

Embedded video from CNN Video (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!