Forcené de Bienne: La visite de la maison de Peter K.
Actualisé

Forcené de BienneLa visite de la maison de Peter K.

La maison du forcené de Bienne a pu être visitée lundi en vue de sa vente aux enchères le 9 décembre. Sa valeur officielle est estimée à 377'800 francs. Visite des lieux.

1 / 139
07.01.2014 Peter Kneubühl n'accepte pas d'avoir été déclaré irresponsable. Il a fait recours au Tribunal fédéral.

07.01.2014 Peter Kneubühl n'accepte pas d'avoir été déclaré irresponsable. Il a fait recours au Tribunal fédéral.

Keystone/Laurent Gillieron
11.01 Le procureur estime que Peter Kneubühl qui avait défié la police en 2010 doit être déclaré irresponsable et préconise un  traitement thérapeutique dans un établissement fermé.

11.01 Le procureur estime que Peter Kneubühl qui avait défié la police en 2010 doit être déclaré irresponsable et préconise un traitement thérapeutique dans un établissement fermé.

Keystone/Sandro Campardo
07.01.2013 Peter K. comparaît devant le tribunal de Bienne lundi, plus de deux ans après les faits

07.01.2013 Peter K. comparaît devant le tribunal de Bienne lundi, plus de deux ans après les faits

Keystone/Sandro Campardo

La maison de trois appartements donne l'impression de n'avoir plus été occupée depuis de nombreux mois. Il s'en dégage une impression d'abandon et de vétusté. Seules des fenêtres brisées recouvertes de plastique et de bande adhésive ainsi qu'une porte d'entrée défoncée témoignent du fait divers qui s'y est déroulé en septembre.

Pas de passage secret

L'annonce d'une première vente forcée aux enchères est à l'origine du coup de folie du propriétaire de 67 ans. C'est le jour où des acheteurs potentiels devaient visiter sa maison qu'il s'est barricadé chez lui avant de prendre la fuite en ouvrant le feu. La chasse à l'homme avait duré dix jours.

Mais sa maison n'a rien du bunker ou d'une forteresse blindée pour tenir un siège policier comme d'aucuns pouvaient l'imaginer. Aucun tunnel, passage secret ou ouvrage récent en béton dans la cave. Une cave qui doit d'ailleurs ressembler aux autres avec un congélateur, un établi, une étagère à bouteilles, une douche et un chauffage.

Seize acheteurs potentiels

Cette villa mitoyenne appartient au forcené, incarcéré à la prison régionale de Bienne, et à sa soeur établie en France. Ce sont seize acheteurs potentiels qui se sont inscrits pour cette visite lundi.

Le nom de Hans Peter K. figure sur la boîte aux lettres. La plupart des meubles du sexagénaire ont été regroupés dans une pièce du rez-de-chaussée: une télévision, une ancienne chaîne stéréo, des fauteuils en gobelin, des commodes, des tableaux avec des paysages et dans un coin un sac de couchage militaire.

Des effets personnels

Dans une autre pièce s'entassent des dizaines de cartons avec des effets personnels. Dans le mur d'une autre pièce, un trou qui fait penser à un impact de balle. Les murs sont recouverts d'un papier peint défraîchi avec des motifs floraux. Au sol, du tapis tendu usager ou du parquet en bois. Au plafond, des lustres.

Au 1er et 2e étage, deux autres appartements presque identiques à celui du rez-de-chaussée avec une vieille cuisine et des sanitaires en très mauvais état. Des hommes de la police cantonale bernoise et de l'inspectorat de la police communale biennoise ainsi que des securitas ont accompagné la presse pour cette visite.

Vente aux enchères

Selon les documents transmis par le notaire chargé de la vente, un bureau d'ingénieurs biennois évalue entre 200'000 et 260'000 francs le montant des travaux de rénovation indispensables pour rendre la maison habitable. L'immeuble a été construit en 1920.

Lors de la vente aux enchères publique par l'office des faillites de Bienne, la mise de départ sera de 300'000 francs. Chaque mise supplémentaire devra s'élever à 5000 francs. Les offres formulées par téléphone ne seront pas prises en compte. L'acquéreur devra déposer un chèque de 50'000 francs à titre de caution au notaire. (ats)

Enquête sur la police

L'intervention de la police cantonale bernoise lors de l'affaire du forcené de Bienne fait l'objet d'une enquête externe. La police cantonale bernoise veut tirer les leçons de son opération contre Peter Hans Kneubühl et corriger d'éventuelles faiblesses. Il s'agira aussi de faire la lumière sur cet incident pour restaurer le sentiment de sécurité au sein de la population, a annoncé lundi le canton de Berne.

Les résultats de cette enquête confiée à l'ancien conseiller d'Etat zougois Hanspeter Uster seront rendus publics au 2e trimestre 2011. La police a déjà procédé à des investigations internes sur l'action contre ce sexagénaire qui avait tenu en échec durant une semaine les polices de Suisse.

Ton opinion