Fillette brûlée vive en France: «La voisine nous a regardés en souriant»
Actualisé

Fillette brûlée vive en France«La voisine nous a regardés en souriant»

Une habitante de l'immeuble d'Alicia, 3 ans, revient sur le drame effroyable survenu mardi dans l'Oise. Immolée par le feu par une voisine, la petite est dans un état désespéré.

par
joc

Le village d'Auneuil (nord) est sous le choc après le drame effroyable survenu mardi après-midi dans la cour d'une ancienne ferme transformée en immeuble. La petite Alicia, 3 ans, a été immolée par la feu par une voisine de 37 ans qui estimait qu'elle faisait trop de bruit. Le 90% de son corps a été brûlé au troisième degré et son pronostic vital est toujours engagé. Le «Courrier picard» a recueilli le témoignage de Gwendolina, habitante ayant assisté à la scène.

Encore bouleversée par ces images épouvantables, elle explique qu'elle était en train de faire prendre le goûter à ses enfants quand des cris ont retenti. Là, c'est le cauchemar: elle voit Alicia en feu, entourée de sa maman et de sa grande soeur de 6 ans. «Elles criaient. J'ai fait rentrer la grande chez moi pour qu'elle ne voie pas ça et j'ai essayé de découper les vêtements de la petite. À ce moment, je ne savais pas du tout ce qui s'était passé», confie Gwendolina.

Enfermée chez elle

Une dizaine de minutes plus tard, après l'arrivée des pompiers et de la police, la soeur d'Alicia a livré un témoignage horrifiant, expliquant que la voisine avait «mis le feu sur la tête» de sa soeur alors qu'elles jouaient. «Les gendarmes lui ont redemandé plusieurs fois. Elle a confirmé», ajoute Gwendolina. Selon les premiers éléments de l'enquête, la voisine aurait utilisé un produit inflammable au seul contact de l'air. La police n'a retrouvé ni briquet, ni allumette. Tandis que les secouristes et Gwendolina s'activaient autour de la petite victime, la voisine est restée longuement enfermée chez elle avant de consentir à ouvrir aux pompiers.

«Quand elle est partie avec les gendarmes, elle s'est retournée vers nous, la famille, avec un grand sourire», raconte le compagnon de la maman des fillettes. Le mystère plane autour de l'auteure de cet acte monstrueux. Ses voisins la décrivent comme un «fantôme» dont ils ne savent rien. La dame vivait là avec son compagnon, mais leurs noms ne figurent pas sur les boîtes aux lettres et ils ne sortaient jamais. «Les rideaux étaient toujours baissés. Ils ne recevaient jamais de courrier. On ne sait même pas s'ils avaient un travail», témoigne Gwendolina, qui ajoute: «Elle n'avait pas l'air dangereuse. On aurait pu lui confier nos enfants.»

Mise en examen

La trentenaire, qui n'a pas d'antécédents judiciaires, a été placée en détention provisoire et mise en examen jeudi soir. Selon le procureur de Senlis, elle souffre de dépression. Après avoir gardé le silence, la femme a finalement répondu aux enquêteurs: «Ses déclarations (...) concordent avec celles de l'enfant qui a été témoin. En revanche, ses explications sur les motifs qui ont déterminé ce geste sont peu claires», a déclaré le procureur.

Le pronostic vital d'Alicia est très engagé. Sa maman a été grièvement blessée en essayant de la secourir, mais ses jours ne sont pas en danger.

Ton opinion