Valais – La votation sur les grands prédateurs veut encore relancer le débat autour du loup
Publié

ValaisLa votation sur les grands prédateurs veut encore relancer le débat autour du loup

Une initiative cantonale vise à mieux réglementer la présence des loups, lynx et autres ours en Valais. Les citoyens ont jusqu’à dimanche pour exprimer ou non leur soutien au texte.

par
Fabrice Zwahlen
Quel que soit le résultat sorti des urnes ce dimanche en Valais, tirer un loup demeurera une compétence fédérale.

Quel que soit le résultat sorti des urnes ce dimanche en Valais, tirer un loup demeurera une compétence fédérale.

Photo prétexte

«Pour un canton du Valais sans grands prédateurs»: le texte soumis à votation ce dimanche aux citoyens du Vieux-Pays se veut extrême dans son intitulé. Moins dans sa réalité. Il vise à améliorer la protection des troupeaux face au danger que représentent les grands prédateurs, et à limiter et réguler les populations de loups, lynx, ours ou chacals dorés. En cas de oui, le canton pourra interdire tout élément qui pourrait aider au développement d’une meute.

Lacceptation de cette initiative populaire ne semble faire aucun pli dans un canton qui avait plébiscité la loi sur la chasse à 68%, l’an dernier. Le texte, finalement refusé à 51,9% au niveau national, aurait permis de faciliter l’abattage préventif de prédateurs.

Une classe politique pas unanime

Lancé en 2016 par un collectif d’élus et de sympathisants démocrates-chrétiens haut-valaisans, le texte en votation, soutenu par plus de 9500 signatures avait été, dans un premier temps, jugé non conforme au droit fédéral. Avant d’être finalement validé. À l’exception des Verts et d’une partie du reste de la gauche, l’ensemble de la classe politique cantonale soutient l’écrit proposé.

Il n’empêche, même un vote favorable risque de n’avoir qu’un impact symbolique, la compétence du tir du loup étant fédérale. Elle le restera même en Valais en cas de oui, ce dimanche. Selon la loi en vigueur, un loup peut être abattu, sur décision de l’Office fédéral de l’environnement, s’il atteint un nombre prédéfini d’animaux de rente tués. Alors votation inutile? Pas certain.

L’importance du pourcentage

Un oui donnerait davantage de poids à de futures revendications au niveau national. Surtout si le pourcentage de votants soutenant le texte devait atteindre ou dépasser les 70%. En ce sens, le résultat de dimanche sera scruté au-delà du Valais.

En 2019, la population du canton d’Uri avait validé un texte dont la teneur était similaire à l’initiative populaire valaisanne. Sans réelles conséquences sur le terrain. Cet été, divers loups ont été observés dans le Jura-Nord vaudois (VD).

Ton opinion

12 commentaires