Actualisé

Football en salleLa vraie tendance du moment

Une nouvelle halle consacrée au football en salle vient de s'ouvrir à Crissier, la première du genre en Suisse romande. Les footballeurs, amateurs ou non, peuvent venir s'y entraîner en tout temps.

«C'est fou, on a ouvert en automne et on est déjà quasiment tout le temps le plein. Vraiment, on n'a pas besoin de publicité!» Sonia Mazza, reponsable foot de la Halle de Crissier, ne sait plus où donner de la tête. Alors qu'elle pensait devoir se faire connaître pour développer son affaire, voilà que les sportifs viennent à elle. «On imaginait qu'il y aurait de la demande, mais pas à ce point-là», reconnaît-elle.

Venu des pays nordiques, pour d'évidentes raisons climatiques, et très populaire en Allemagne, le football en 5 s'est développé ces dernières années en France. Chaque ville a sa halle, souvent créée par d'anciens footballeurs. Zinedine Zidane s'y est notamment mis, avec un certain succès. Sa technique exquise et ses fameux contrôles de la semelle, il les a perfectionné dans la rue, mais avoue volontiers qu'il aurait apprécié de tels complexes pendant l'hiver. La Suisse, jusqu'à il y très peu de temps, ne possédait pas de tel centre.

L'impulsion est venue de Suisse alémanique, comme souvent. Le premier centre du genre à ouvert l'an dernier à Otelfingen, avec le soutien de Franco Di Jorio, ancien professionnel au FC Zurich et international suisse (lire l'article de 20 Minuten). La Suisse romande a donc franchi le pas avec la Halle de Crissier, crée par Eric de Montfalcon, et qui a séduit tant les professionnels (voir la vidéo du Lausanne-Sport) que les amateurs.

Jean-Philippe Karlen, champion de Suisse avec Servette en 1999, ne voit que des avantages à pouvoir profiter d'un tel centre en Suisse. Aujourd'hui entraîneur du FC La Sarraz-Eclépens (2e ligue inter), il amène régulièrement ses joueurs $ Crissier pour profiter du synthétique «indoor» dernière génération. «C'est idéal, surtout en période de préparation. Il y a du rythme, c'est intense et les joueurs adorent ça», explique l'ancien défenseur du LS.

Mais Sonia Mazza veut que le centre profite à tout le monde et pas seulement aux professionnels ou amateurs éclairés. «Il y a les clubs, c'est sûr, mais on veut démocratiser la pratique et faire en sorte que le football en salle soit ouverte à tous, garçons et filles, amateurs ou non.» Des tournois pour les entreprises sont ainsi mis sur pied et chacun peut louer la halle pour une heure ou plus, quel que soit son niveau.

La vraie tendance du moment. (20 minutes)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!