Tennis: Laaksonen avait la place pour passer
Actualisé

TennisLaaksonen avait la place pour passer

Malgré quelques fulgurances et deux balles de second set, Henri Laaksonen (ATP 337) n'a pas provoqué une belle surprise à Gstaad. Le Schaffhousois est tombé devant Joao Sousa (ATP 43).

Face au Portugais qui a disputé dimanche soir la finale du tournoi d'Umag, Henri Laaksonen s'est incliné 6-2 7-5. Son manque de rigueur en début de partie a pesé très lourd dans le scénario de la rencontre. Il a, en effet, offert sur un plateau le break à Sousa au premier jeu. Sans grands repères - la transition entre Umag où l'on joue au bord de la mer Adriatique et Gstaad est vraiment ardue -, Sousa a été trop vite libéré d'un poids. Courir derrière le score aurait compliqué la tâche d'un homme qui fut en mai dernier finaliste du Geneva Open.

Il n'est pas trop tard

Au second set, le Portugais a dû attendre une... huitième balle de break pour ravir le service de Laaksonen à 5-5. Au jeu précédent, il avait eu le bonheur d'écarter deux balles de set. Laaksonen a, en effet, mené 15-40 avant de sortir deux coups droit et de laisser passer sa chance. «Je m'en veux. J'ai mal joué ces deux balles de set», fulminait le Schaffhousois, qui admettait toutefois que son adversaire du jour était capable de tenir plus longtemps que lui «un certain niveau de jeu».

Ces deux points à 5-4 15-40 résument presque la carrière de ce joueur de 23 ans. Tout le monde reconnaît à Henri Laaksonen un talent certain comme il a pu le démontrer en mars dernier lors de la rencontre de Coupe Davis en Belgique. Seulement, son jeu accuse un déchet encore trop important. On veut croire qu'il n'est pas encore trop tard. A 23 ans dans le tennis aujourd'hui, on est presque encore un «bleu» !

Survenue au lendemain de la véritable exécution dont fut victime Marco Chiudinelli devant Federico Delbonis, cette défaite de Laaksonen sonne le glas des espoirs suisses dans ce tournoi de Gstaad. Pour la première fois depuis 2007, aucun représentant de Swiss Tennis ne sera présent en huitième de finale. Il y a huit ans, Stan Wawrinka, Michael Lammer et Michel Kratochvil avaient également connu l'infortune de la défaite au premier tour. L'an dernier, on rappellera que Laaksonen et Yann Marti, lequel est pratiquement porté disparu depuis son coup de sang à Liège, s'étaient qualifiés pour les huitièmes de finale.

La descente aux enfers de Youzhny

La descente aux enfers se poursuit pour Mikhaïl Youzhny (ATP 101). Champion de Gstaad 2013, le Moscovite a concédé une cinquième défaite de rang dans un premier tour. Après Roland-Garros, Bois-le-Duc, le Queen's, Wimbledon et Umag, Youzhny a été battu 6-1 6-2 par l'Espagnol Pablo Carreno Busta (ATP 60).

A 33 ans, le joueur au revers si magnifique s'apprête à tirer sa révérence. On voit mal comment il pourrait relever la tête en cette année 2015 particulièrement «noire» qui ne l'a vu qu'à une seule reprise gagner deux matches de suite, en février à Zagreb.

On se souvient qu'il s'était révélé au grand jour en décembre 2002 sur la terre battue de Paris-Bercy en offrant à la Russie la première Coupe Davis de son histoire. Il avait remporté en cinq sets le simple décisif contre Paul-Henri Mathieu après avoir perdu les deux premières manches et avoir été mené 4-2 dans la quatrième... Il n'y a sans doute pas de victoire plus douce que celle-ci. (ats)

Ton opinion