Actualisé 17.05.2017 à 17:50

Canton de Fribourg

Label contre les méfaits de l'alcool en milieu festif

Smart Event propose des actions concrètes pour éviter les problèmes liés à la boisson, notamment en matière de transport.

(Image d'illustration)

(Image d'illustration)

Keystone/AP

Pour prévenir les comportements à risque lors des fêtes, le canton de Fribourg lance le label Smart Event. Il encourage en particulier les actions concrètes pour éviter au maximum les problèmes liés à la consommation excessive d'alcool.

Le label est orienté vers les conséquences négatives qui peuvent découler d'une consommation problématique d'alcool: accidents, blessures, violences. Il vise notamment à protéger les jeunes, a indiqué mercredi la Direction de la santé et des affaires sociales. En matière de sécurité par exemple, l'organisateur s'engage à fournir à son public au moins une solution sécurisée de retour à domicile. Il peut annoncer aux taxis locaux la date de la manifestation, ou encore mettre en place un service de bus-navettes.

Egalement parmi les mesures préconisées: présenter des listes de prix différenciées en fonction des âges autorisés ou non à boire de l'alcool. Il est aussi recommandé d'offrir des boissons sans alcool attractives (cocktails de jus de fruits, sirops originaux). Et il est utile de contacter des associations comme Preventeam (prévention par les pairs) ou Empreinte (infections sexuellement transmissibles).

Plus de 50 fêtes

Les organisateurs qui s'engagent dans ce label bénéficieront de certains avantages gratuits ou à prix préférentiel: mise à disposition de matériel de prévention, visibilité dans certains médias locaux, matériel d'infrastructure.

Fruit de quatre ans de travaux, ce label a déjà été testé lors de 22 événements depuis 2014. A ce jour, six manifestations ont entamé des démarches pour l'obtenir. La Fête Marly-Folies 2017 et la Fête du Giron des musiques de la Sarine l'ont déjà. Plus de 50 manifestations par année pourraient y prétendre.

Le réseau de partenaires impliqués dans cette démarche comprend les services de l'Etat, les préfectures, la police et l'association REPER qui est la cheville ouvrière du projet. Celle-ci accompagne les organisateurs dans le processus de labellisation, et les soutient dans le choix des mesures de prévention. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!