Bale - L’accusé, tout nu, a tripoté des hommes dans le tram
Publié

BâleL’accusé, tout nu, a tripoté des hommes dans le tram

Un homme de 47 ans s’est retrouvé devant le juge pour avoir caressé des hommes endormis dans un transport en commun bâlois.

C’est dans une composition comme celle-ci que le quadragénaire a sévi.

C’est dans une composition comme celle-ci que le quadragénaire a sévi.

DR

Un homme de 47 ans est accusé par le Tribunal pénal de Bâle d’avoir tripoté des hommes endormis alors qu’il était ivre et d’avoir eu une relation sexuelle orale non désirée avec l’un d’eux. Il s’est retrouvé devant le juge mercredi, rapporte le site «Bz Basel».

«Je ne me souviens pas vraiment de ce qui s’est passé», n’a cessé de répéter le prévenu. Ce chef d’orchestre était visiblement embarrassé par cette affaire. Il a également souligné à plusieurs reprises qu’il était ivre cette nuit-là. En décembre 2019, une conductrice de tram a appelé la police peu avant huit heures du matin parce qu’elle avait remarqué un passager bizarre. À part une veste, il était nu. Ce qu’il a fait exactement pendant ces trois quarts d’heure a été révélé plus tard par les images des caméras de surveillance. Il a tripoté des passagers endormis, s’est parfois assis avec eux ou sur leurs genoux, et a pris à plusieurs reprises le pénis d’un passager dans sa bouche.

L’accusation suppose que le prévenu a délibérément choisi des hommes endormis et s’est retiré brièvement à chaque fois qu’ils se sont réveillés. Les actes sexuels avec une personne incapable de résistance sont passibles d’une peine semblable à celle prévue pour un viol ou une agression sexuelle. Après que la police avait fait descendre l’homme du tram, il a été placé en garde à vue pendant une journée.

Audience repoussée. Le témoin n’est pas venu

Mercredi, le quadragénaire a affirmé qu’une de ses «victimes» dans le tram lui avait fait signe que tout allait bien et qu’il devait continuer. C’était un jeu, il avait essayé d’entrer en contact avec une autre personne. Et cette dernière l’avait également regardé, a-t-il dit. «C’est comme ça que nous, les homosexuels, faisons», a-t-il déclaré. «Mais l’autre personne dormait», a rétorqué le président du tribunal. «Il n’a jamais fait de gestes défensifs. Il aurait pu me repousser ou crier», a rétorqué l’accusé. Immédiatement après l’arrestation, il avait exprimé autre chose. «Il semblait dormir. Je pense qu’il ne voulait pas le faire. Je l’ai fait parce que j’étais ivre», a-t-il déclaré selon ses propos cités dans le rapport de police de l’époque.

Mercredi, le témoin ne s’est pas présenté. C’est pour cette raison que l’audience a été reprogrammée. S’il ne se présente toujours pas, ne resteront que les enregistrements de vidéosurveillance comme preuve. Tant la date de la future audience que la peine encourue ne sont pas connues.

(jbm)

Ton opinion