France - L’acteur Jean-Paul Belmondo est décédé
Publié

FranceL’acteur Jean-Paul Belmondo est décédé

La légende du cinéma français n’est plus. La triste nouvelle a été annoncée le 6 septembre 2021.

Bébel a marqué le cinéma français. En cinquante ans de carrière, l’acteur né en 1933 a joué dans près de 80 films, dont un grand nombre sont devenus cultes. On citera «À bout de souffle» (1960), «Un singe en hiver» (1962), «L’homme de Rio» (1964), «Cent mille dollars au soleil» (1964), «Borsalino» (1970), «Le casse» (1971), «L’as des as» (1973), «Le magnifique» (1973), «Le professionnel» (1981), «Hold-up» (1985) ou encore «Itinéraire d’un enfant gâté» (1989). Autant de titres qui vont probablement être reprogrammés prochainement sur petit écran: ne les ratez pas!

Jean-Paul Belmondo a été victime d’un AVC en 2001. Physiquement, il ne s’est jamais totalement remis de cet accident de santé.

Jean-Paul Belmondo a été victime d’un AVC en 2001. Physiquement, il ne s’est jamais totalement remis de cet accident de santé.

Imago

Jean-Paul Belmondo est décédé à l’âge de 88 ans ce lundi 6 septembre 2021 dans son domicile parisien, a annoncé son avocat. «Il était très fatigué depuis quelque temps. Il s’est éteint tranquillement», a précisé son avocat, Me Michel Godest. Cela faisait quelques mois que des rumeurs inquiétantes sur son état de santé circulaient sur la Toile.

Belmondo, c’est qui, c’est quoi?

Issu de la promotion 1951 du Conservatoire d’art dramatique de Paris, tout comme Jean Rochefort et Jean-Pierre Marielle (entre autres), le fils du sculpteur Paul Belmondo aura marqué un demi-siècle de cinéma français. Le visage masculin de la Nouvelle Vague, bleu dans «Pierrot le fou», regard face caméra dans «À bout de souffle», c’est lui. Les films d’aventures mâtinés de cascades, qui redorèrent le blason du cinéma populaire français, c’est lui.

Il a côtoyé les plus grands (Gabin, Delon, Ventura…) sans jamais se prendre la tête. Et il n’eut pas besoin de se rappeler au bon souvenir de ses pairs, dans son dernier rôle principal dans «Un homme et son chien» en 2009, pour marquer le siècle nouveau. Pour ne citer qu’un de ses «descendants», récent: Jean Dujardin s’est inspiré de son côté casse-cou pour interpréter Hubert Bonisseur de La Bath dans la série des «OSS 117» version XXIe siècle.

Jouer avant tout

Belmondo s’était aussi illustré au théâtre, à la fois comme directeur du Théâtre des Variétés et comme acteur. C’est là qu’il débuta en 1950, c’est là qu’il revint en 1987 après presque 30 ans de break cinématographique. Un retour aux planches qu’il évoqua pour un autre monstre du cinéma, suisse celui-là: Christian Defaye:

(jde/cma)

Ton opinion

113 commentaires