Suisse – L’AI a reçu près de 1800 annonces de patients pour Covid long

Publié

SuisseL’AI a reçu près de 1800 annonces de patients pour Covid long

Les séquelles des infections touchent de nombreuses personnes, qui ont parfois des difficultés à les faire reconnaître. La prise en charge commence à s’améliorer.

Les recherches se poursuivent pour mieux déterminer les contours des effets à longs termes des infections au Covid.

Les recherches se poursuivent pour mieux déterminer les contours des effets à longs termes des infections au Covid.

20min/Marvin Ancian

L’assurance invalidité a enregistré, dans toute la Suisse, 1775 inscriptions pour cause de Covid long en 2021. Comme le note la «Schweiz am Wochenende», aucune décision de verser une rente à un patient atteint de séquelles d’une infection n’a encore été rendue.

Le journal mentionne des études selon lesquelles environ 20% des personnes infectées par le Covid présentent des séquelles après la guérison des symptômes principaux. Parmi elles: fatigue extrême et essoufflements en sont les plus fréquents.

Une bombe à retardement?

Pourtant, la Confédération ne s’inquiète pas outre mesure des conséquences financières des Covid longs. «Pour l’heure, cela ne devrait pas entraîner de charges supplémentaires importantes pour l’AI», dit l’Office fédéral des assurances sociales.

À noter que des personnes concernées se sont réunies dans différentes associations. Christian Salzmann, de «Long Covid Suisse», interrogé par le journal alémanique, estime que ce n’est qu’une question de temps avant que les effets se fassent sentir. «Beaucoup de personnes atteintes ne se sont pas encore inscrites à l’AI parce qu’elles espèrent que les symptômes vont s’améliorer», dit-il.

Sentiment d’abandon

«24 heures» revient aussi sur la thématique dans son édition de samedi, et donne la parole à plusieurs personnes qui témoignent. Ils mentionnent la difficulté d’être pris en charge, la non prise au sérieux de leur entourage, mais aussi des lenteurs politiques. Des experts demandent notamment la tenue d’un registre national pour suivre les Covid longs, chose que l’OFSP a répondu ne pas juger nécessaire. Du côté des services de santé, pourtant, les choses évoluent. Des consultations spécialisées apparaissent notamment par endroits.

(ywe)

Ton opinion

209 commentaires