25.06.2019 à 14:25

Bill Gates

Laisser gagner Android, sa «plus grande erreur»

Lors d'une conférence, le cofondateur de Microsoft a révélé que son plus grand regret est lié au marché des systèmes d'exploitation mobile.

de
man

A l'occasion d'une conférence organisée par le fonds d'investissement Village Global, le célèbre cofondateur de Microsoft Bill Gates a révélé que laisser Google battre Microsoft avec son système d'exploitation Android a été la «plus grande erreur» de sa vie. Le milliardaire qui avait laissé son poste de directeur à Steve Ballmer, mais avait gardé un rôle opérationnel jusqu'en 2006, regrette avoir raté le virage du smartphone alors que sa société était déjà sur le marché avec Windows Mobile, bien avant Apple.

«Dans le monde du logiciel, en particulier celui des plateformes, c'est un marché où celui qui gagne rafle tout. La plus grande erreur de ma vie, quoi que j'ai fait de travers dans mes choix de gestion, a eu comme résultat que Microsoft n'est pas devenu ce qu'Android est aujourd'hui. En d'autres termes, Android est devenue la plateforme de téléphonie standard, en dehors de celle d'Apple», a expliqué Bill Gates. Il ajoute: «Il aurait été naturel pour Microsoft de gagner. C'est vraiment la prime au vainqueur. Si vous êtes là avec moitié moins d'apps ou 90% des apps qu'ont les autres, vous êtes condamné à disparaître. Il n'y a de la place que pour un seul système, autre que celui d'Apple. Qu'est ce que ça représente? 400 milliards de dollars qui auraient été transférés de la société G à la société M.»

Bill Gates concède néanmoins que Microsoft occupe encore une place importante dans le domaine du numérique: «C'est incroyable pour moi d'avoir fait l'une des plus grandes erreurs de l'histoire, et puis il y a eu ce procès antitrust et différentes autres choses, et que nos actifs Windows et Office soient encore aussi forts. Donc nous sommes l'un des plus grands groupes. Mais si nous avions fait les choses correctement, nous serions LE plus grand groupe, mais bon...»

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!