Assurance : LAMal: le PDC veut ouvrir les frontières aux assurés

Actualisé

Assurance LAMal: le PDC veut ouvrir les frontières aux assurés

Afin de
 réduire les coûts de la 
santé, le parti souhaite que 
les soins reçus à l'étranger 
soient remboursés.

par
Sophie Pieren
Les Suisses sont-ils prêts à se faire soigner dans les pays voisins?

Les Suisses sont-ils prêts à se faire soigner dans les pays voisins?

I-stock

L'an passé, le PDC s'était donné pour objectif de proposer en 2017 des mesures pour lutter contre l'explosion des coûts de la santé. De fait, le groupe de travail qui planche sur la question est sur le point de remettre le fruit de ses réflexions à Berne, affirme le journal «Schweiz am Wochenende». Doris Leuthard souhaite voir le document sur son bureau en juillet.

Seulement les pays voisins

Parmi les mesures qui seront proposées figure la fin du principe de territorialité. Autrement dit: les caisses maladies seraient contraintes de payer les prestations de santé reçues à l'étranger. Cela concernerait aussi bien les achats de médicaments ou de matériel auxiliaire (cannes, fauteuils roulants), que les traitements médicaux et les hospitalisations. L'ouverture des frontières se limiterait toutefois aux pays voisins.

Pression sur les prix

Le PDC espère ainsi générer une pression sur les prix qui oblige les prestataires suisses à modérer leurs tarifs. Le parti vise les médecins et les hôpitaux, mais aussi les fabricants d'appareils médicaux. «Il est possible que cela génère du tourisme médical», reconnaît la conseillère nationale argovienne Ruth Humbel. Mais pas à grande échelle. La plupart des gens préfèrent rester en Suisse pour se faire soigner.»

En 2016, le Parlement avait déjà assoupli le principe de territorialité, en acceptant des collaborations entre assureurs et professionnels de la santé étrangers. Mais pour l'instant, seules les zones frontalières bénéficient de ces facilités.

Ton opinion