BAINS DE VAL-D’ILLIEZ - L’ancien actionnaire bloque la stratégie de la commune
Publié

BAINS DE VAL-D’ILLIEZL’ancien actionnaire bloque la stratégie de la commune

L’ex-actionnaire des Thermes Parc de Val-d’Illiez a réussi à court-circuiter une approche de l’Exécutif communal en vue d’un éventuel rachat des bains et de ses dépendances.

par
Fabrice Zwahlen
Les Thermes Parc sont fermés depuis octobre 2019 et depuis lors ont été déclarés en faillite. Deux investisseurs aimeraient racheter les lieux.

Les Thermes Parc sont fermés depuis octobre 2019 et depuis lors ont été déclarés en faillite. Deux investisseurs aimeraient racheter les lieux.

Chantal Dervey/A

L’assemblée primaire de Val-d’Illiez d’hier aurait dû se prononcer sur une option stratégique du Conseil municipal. L’Exécutif voulait attribuer la concession des eaux thermales du secteur des Bains, nouvellement créée, à Energy & Water Illiez SA. De quoi rester maître dans les négociations de rachat des Thermes Parc, cette société étant en mains des pouvoirs publics.

L’ancien propriétaire, Richard Cohen, et son ex-épouse ont demandé au Tribunal de district de Monthey, des mesures superprovisionnelles, s’opposant à la démarche. «À 17 heures, lundi, j’ai reçu un téléphone du juge m’intimant l’ordre de retirer ce point de l’ordre du jour», raconte, pensif, le président val-d’illien, Ismaël Perrin. En clair, le Tribunal va devoir prochainement se prononcer sur la légalité ou non de la démarche des autorités.

Après un forage effectué à proximité du centre thermal en 2019, afin d’éviter un risque de pollution lié au déversement d’eau chaude dans une rivière (la Vièze), la Commune a découvert que cette eau sortait d’une importante nappe phréatique à une vitesse de 5000 à 7000 litres à la minute! Selon la loi, la Commune est propriétaire de ce volume d’eau. D’où son choix de créer une concession.

Deux pistes sérieuses

Depuis plusieurs mois, Energy & Water Illiez SA recherche un ou des investisseur(s) ou un groupe thermal prêt à exploiter les lieux fermés depuis octobre 2019. Deux investisseurs suisses semblent sérieusement intéressés à un rachat, même si aucune offre n’a été envoyée à l’Office des poursuites et faillite du district de Monthey, qui gère la masse en faillite (bains, hôtels, parkings, source d’eau chaude).

Enfin, la commune a choisi de stopper, à fin juin, son soutien de quelque 20’000 francs mensuels pour le maintien du site. Reste à savoir si, dès juillet, d’autres créanciers prendront le relais ou si les Thermes Parc seront progressivement laissés à l’abandon.

Ton opinion

18 commentaires