Actualisé 09.10.2019 à 18:14

Football

Lang: «J'ai beaucoup marqué contre le LS»

Le latéral droit de l'équipe de Suisse passe de bons moments en Romandie et se félicite de son choix de changer de club l'été dernier.

de
Robin Carrel, Lausanne
Michael Lang le dit: «il y a une bonne ambiance avec les autres joueurs et le staff».

Michael Lang le dit: «il y a une bonne ambiance avec les autres joueurs et le staff».

Keystone

Michael Lang, pour la deuxième fois de suite, vous venez en Suisse Romande Comment se passe cette semaine lausannoise?

Oui, plus ou moins bien (ndlr: il sourit en regardant tomber la pluie violente qui a accompagné l'entraînement de mercredi). L'hôtel est magnifique, on mange bien, le terrain est pas mal. Ça va bien! Moi j'aimais déjà bien, ici. Surtout ce stade J'ai beaucoup marqué contre le Lausanne-Sport dans ma carrière (ndlr: trois buts), donc je suis en confiance quand j'arrive à l'entraînement (rires). Ça fait du bien. Et il faut dire aussi qu'il y a une bonne ambiance avec les autres joueurs et le staff. On se prépare bien pour samedi.

En club, comme en équipe nationale, il y a beaucoup de monde à votre poste

C'est bien pour moi! Ça me pousse à m'améliorer. Chaque jour qui passe, je suis forcé de bien jouer, de bien m'entraîner A la fin, au Borussia Mönchengladbach, la situation n'était vraiment plus très bonne et j'ai pensé que ce serait bien de changer. Dorénavant, je joue aussi pour un club plutôt «pas mal» en Allemagne (ndlr: Werder Brême)! C'était spécial pour moi, parce que c'était la première fois de ma carrière que j'étais dans une situation où je sentais que je devais absolument faire quelque chose et changer d'équipe.

Et vous êtes content de ce choix?

Oui, ça se passe très bien. Le Werder Brême est une bonne formation avec énormément de supporters. Les infrastructures et le stade sont magnifiques, vraiment.

Avec Stephan Lichtsteiner et Kevin Mbabu, vous êtes trois pour une place Ça bataille?

Stephan est clairement le «papa» de cette équipe (rires). Parce qu'il ne faut pas oublier que nous avons une sélection très jeune. Je me souviens que quand j'ai commencé avec la Suisse, il y avait au moins trois ou quatre trentenaires. Et là, cette fois, c'est quasiment le seul (ndlr: Yann Sommer va souffler ses 31 bougies en décembre). Il est notre «papa», mais c'est surtout un très bon joueur. Après, trois pour un poste Peut-être que le système va changer! On a pas mal de variété dans cet effectif et donc d'options pour samedi, mais aussi mardi prochain. Il y a de la concurrence, c'est vrai, mais on s'entend très bien entre nous et ça se passe bien.

Ce match contre le Danemark, vous le voyez comment?

Ce sera un match décisif, mais pas seulement pour nous. Pour eux aussi! Leur match nul en Géorgie en septembre a été une surprise pour eux. Mais pour nous également. A Copenhague, ils vont jouer un peu plus offensif, je pense. Ils vont essayer de marquer tout de suite. Ça peut être aussi une occasion pour nous, du coup. Si on joue bien au Danemark, ça nous donne une bonne possibilité de faire un pas vers l'Euro.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!