Stations bondées: L’appel de la neige: ruée des skieurs sur les pistes
Publié

Stations bondéesL’appel de la neige: ruée des skieurs sur les pistes

À l’image de nombreuses stations, Anzère (VS) et Villars (VD) ont été prises d’assaut par des skieurs samedi matin. Les autorités ont dû procéder à des contrôles afin de vérifier que les normes sanitaires étaient bien respectées.

par
Valentina San Martin

«Avec mon père on avait décidé d’aller faire du ski à Anzère samedi matin. En arrivant sur place à 09h01 précise, on a décidé de rebrousser chemin. Il y avait beaucoup trop de monde», explique Nicolas, amateur de sports d’hiver. Mais alors que le jeune a renoncé à dévaler les pistes, beaucoup se sont montrés plus persistants. Il faut dire que les conditions météorologiques étaient parfaites. De quoi profiter un maximum de la neige fraichement tombée sur les pistes. Résultat: les skieurs se sont rués dans les stations romandes, oubliant parfois de respecter certaines normes sanitaires.

A Anzère, des mesures ont été prises afin qu’il n’y ait pas un amas de gens à l’entrée de la station. Les skieurs ont dû faire la queue.

A Anzère, des mesures ont été prises afin qu’il n’y ait pas un amas de gens à l’entrée de la station. Les skieurs ont dû faire la queue.

Lecteur reporter

Stations valaisannes et vaudoises noires de monde

Dans la station valaisanne d’Anzère, ce sont près de 4000 personnes qui se sont donnés rendez-vous sur les pistes, samedi. «Nous avons créé une file d’attente à l’aide de barrières qui s’est prolongée jusqu’au parking, soit d’environ 250 mètres. Certaines personnes ont d’ailleurs dû patienter 45 minutes avant d’entrer puisqu’on a dû baisser notre débit, Covid oblige», explique Bertrand Dubuis, directeur d'exploitation de Télé Anzère.

Et si la majorité des gens ont respecté le port du masque, les distances de sécurité étaient une affaire délicate. D’après le directeur, les files sont généralement composées de familles de quatre en moyenne qui restent ensemble. Quant aux distances entre les groupes, cela ne s'est pas avéré être problématique. «Vous comprenez que si on respectait le mètre cinquante entre chaque individu, la queue arriverait jusqu’à Sion», s’amuse Bertrand Dubuis avant d’ajouter que les personnes sur place doivent aussi se montrer responsables.

Si on respectait le mètre cinquante entre les gens, la queue arriverait jusqu’à Sion.

Bertrand Dubuis, directeur d’exploitation de Télé Anzère

La station a tout de même pu compter sur l’appui de la police qui se trouvait sur place: «C’est la première fois qu’il y a autant d’affluence cet hiver», explique la police régionale des villes du centre. Cette dernière assure que les gens ont été compréhensifs quant ils étaient rappelés à l’ordre. «On était surtout là pour faire de la prévention». En plus d’Anzère, une patrouille était également présente à Vercorin.

Beaucoup de skieurs ont voulu profiter de la météo du week-end pour se rendre en station. Ici à Villars.
Beaucoup de skieurs ont voulu profiter de la météo du week-end pour se rendre en station. Ici à Villars.Lecteur reporter

Le canton de Vaud a aussi vu un bon nombre de skieurs s’attrouper en montagne. C’était par exemple le cas à Villars. «À l’image du Valais, nous patrouillons également dans les stations», signale Florence Maillard, cheffe de la section communication et relations publiques de la police cantonale vaudoise. Et si les autorités ont fait leur possible pour gérer la situation au mieux, difficile d’être partout: «On ne peut pas mettre un policier entre chaque personne dans une file d’attente» explique la porte-parole. C’est également de la responsabilité des skieurs et des stations de veiller au bon déroulement des choses».

A  Villars, on a demandé aux skieurs arrivés plus tard dans la journée de samedi de renoncer à leur journée de sport.

A Villars, on a demandé aux skieurs arrivés plus tard dans la journée de samedi de renoncer à leur journée de sport.

DR

Pour rappel, Télé Villars-Gryon-Les Diablerets (VD) avait reçu un avertissement officiel fin décembre pour non-respect des mesures sanitaires en vigueur. Une panne dans l’une des remontées mécaniques avait alors provoqué d’immenses files d’attente. Les mesures sanitaires, en particulier les distances sociales et le port du masque, n’y avaient pas été respectés par tous les skieurs. Le directeur Christian Dubois avait précisé qu’il avait pris les mesures nécessaires pour que ce genre d’incident ne se reproduise plus.

Exclusion et amende

Comme l’expliquent les autorités, si une personne refusait de respecter les normes sanitaires après avoir été interpellée par la police, elle pourrait se voir exclue de la station. «La direction pourrait aussi très bien décider de retirer l’abonnement du concerné», note la police valaisanne. Et si la police devait être contrainte de faire un constat, l’individu serait amendé. Dans tous les cas, en Valais comme dans le canton de Vaud, de telles sanctions n’ont pas été observées.

Ton opinion

1459 commentaires