Ski alpin - Lara Gut-Behrami: «Aujourd'hui, tout est redevenu simple»
Actualisé

Ski alpin - Lara Gut-Behrami«Aujourd'hui, tout est redevenu simple»

La Tessinoise a remporté son 25e succès en Coupe du monde vendredi à Crans-Montana.

par
SBO/UCY
Crans-Montana
1 / 12
Corinne Suter a célébré son globe de la descente avec les autres membres de Swiss-Ski samedi à Crans-Montana.

Corinne Suter a célébré son globe de la descente avec les autres membres de Swiss-Ski samedi à Crans-Montana.

Keystone
Corinne Suter a célébré son globe de la descente avec les autres membres de Swiss-Ski samedi à Crans-Montana.

Corinne Suter a célébré son globe de la descente avec les autres membres de Swiss-Ski samedi à Crans-Montana.

Keystone
Corinne Suter a célébré son globe de la descente avec les autres membres de Swiss-Ski samedi à Crans-Montana.

Corinne Suter a célébré son globe de la descente avec les autres membres de Swiss-Ski samedi à Crans-Montana.

Keystone

Vous retrouvez enfin le succès après deux ans d'attente...

«Le chantier semblait énorme. Il fallait chercher chaque centième, corriger des centaines de milliards de choses. Ce vendredi, je n'ai pas trop dû réfléchir à ma position ou mon ski extérieur. J'ai pu être fluide en course et cela s'est vérifié sur le chronomètre. Mon équipe et ma famille m'ont donné l'énergie pour revenir, m'ont permis de rester calme et d'y croire. C'est toujours bon de gagner, peu importe si la dernière victoire était la veille ou datait de plus longtemps.»

Avez-vous douté ces derniers temps?

«J'ai dû me montrer patiente surtout. J'ai dû chercher la solution longtemps. Quand tu commences trop à réfléchir, ça devient plus compliqué. Je me suis mise sous pression, me suis parfois battue un peu contre moi-même.»

On imagine que vous allez fêter cette victoire?

«Je ne ferai rien de spécial. Mes parents et ma meilleure amie sont là, mais Valon joue avec le Genoa samedi et mon frère est en Slovaquie. Je profiterai du moment avec eux mais ça restera simple. Je n'ai jamais été l'athlète qui fait des fêtes, qui saute dans tous les sens ou qui fait la fête comme une hystérique.»

Avec une deuxième descente programmée samedi, l'occasion est belle de refaire le plein de confiance à Crans-Montana...

«C'est un sentiment génial. Mais il faut rester simple. Aujourd'hui, j'ai réussi à être agressive, à faire mon ski. Demain, j'aurais encore la possibilité de construire la-dessus. C'est important de pouvoir confirmer quand tu retrouves de telles sensations.»

Ce succès peut-il vous permettre de retrouver une certaine confiance en votre ski?

«Aujourd'hui, tout est redevenu simple. Cela ne veut pas dire que je vais gagner toutes les courses avec deux secondes d'avance. Mais j'espère avoir trouvé la clé pour me battre avec les meilleures de nouveau. Quand ça clique, que le ski est sur la taille et que l'on est actif, cela permet de faire de bons chronos. C'était parfait. Il n'y avait pas de désir de revanche, avec la piste de Crans-Montana. Malgré les soucis de l'an dernier qui m'avaient privée d'un podium.»

Comment expliquez-vous cette véritable démonstration?

C'était comme instinctif et tout semblait facile. J'ai pu enfin skier de la manière que je voulais depuis des années, depuis le début de ma carrière. Je n'ai pas réfléchi mais je dois avouer que je ne pensais pas être aussi rapide.

Ton opinion