Ski alpin: Lara Gut cristallise les attentes
Actualisé

Ski alpinLara Gut cristallise les attentes

Débarrassée de ses rivales Anna Fenninger (blessée) et Tina Maze (année sabbatique), la Tessinoise devra assumer.

Lara Gut est attendue au tournant.

Lara Gut est attendue au tournant.

Plus que jamais, Lara Gut concentre l'attention pour la nouvelle saison qui débute samedi à Sölden (Aut). Débarrassée de ses rivales Anna Fenninger (blessée) et Tina Maze (année sabbatique), mais aussi seule véritable leader d'une équipe de Suisse décimée, la Tessinoise devra assumer.

De quoi ressentir une pression supplémentaire ? Il ne faut pas y compter avec la skieuse de Comano, dont la force de caractère n'est plus à prouver, et qui peut s'appuyer sur sa déjà longue expérience du Cirque blanc (8 ans au plus haut niveau, alors qu'elle n'a que 24 ans).

Si les attentes sont si élevées cet hiver, c'est que Lara Gut a également su se remettre en question durant l'entresaison. Au sortir d'un exercice 2014/2015 mitigé, durant lequel elle n'a brillé que par à-coups, donnant l'impression de ne pas exploiter au mieux son formidable talent, la Tessinoise a pris des décisions fortes. A commencer par changer de matériel en quittant Rossignol pour Head, la marque la plus en vue de ces dernières saisons.

Lara Gut a aussi eu la sagesse de s'ouvrir aux conseils de l'extérieur, elle qui était justement critiquée pour n'écouter que son père et coach personnel Pauli. Elle a ainsi fait appel temporairement cet été à des consultants de luxe, les anciens coureurs Didier Cuche et Daniel Albrecht ainsi que l'entraîneur à succès Patrice Morisod. A noter également qu'elle a quitté son service-man de toujours, l'Italien Barnaba Greppi, pour faire équipe avec l'Américain Chris Krause, l'ancien préparateur des skis de Cuche et Bode Miller.

Un match Lara Gut - USA?

Toutes ces décisions montrent bien que Lara Gut a envie de franchir un palier cette saison, afin de viser le seul trophée qu'une skieuse de sa trempe doit envisager: le globe du classement général de la Coupe du monde. Un objectif d'autant plus réalisable que les deux grandes dominatrices de l'hiver dernier, Anna Fenninger et Tina Maze, sont absentes. L'Autrichienne s'est déchiré les ligaments du genou mercredi à l'entraînement, tandis que la Slovène a pris une année sabbatique aux allures de préretraite.

Ces deux absences redistribuent les cartes, et placent Lara Gut parmi les grandes favorites au globe du général. Elle n'est toutefois pas la seule à pouvoir s'offrir la récompense suprême de l'hiver. Jamais rassasiée, l'Américaine Lindsey Vonn sera évidemment à surveiller de près. Cela sera aussi le cas de sa compatriote Mikaela Shiffrin qui, à 20 ans et après avoir déjà presque tout gagné, a fait du globe du général son prochain grand objectif. Attention également à la Liechtensteinoise Tina Weirather et à l'Allemande Viktoria Rebensburg qui, tout comme Lara Gut, peuvent gagner dans trois disciplines (descente, super-G et géant).

Se sachant très attendue, Lara Gut a toutefois prévenu qu'il ne fallait pas accorder trop d'importance samedi au géant inaugural de Sölden. «Il ne s'agit que d'une première prise de contact. Je ne vais pas me gêner pour prendre les 100 points de la victoire si cela est possible, mais il ne faut pas oublier que la saison ne commencera véritablement que dans cinq semaines», a-t-elle relevé à propos du prologue sur le glacier autrichien, où elle avait gagné en 2013 et chuté l'an dernier.

Une première pour Charlotte Chable

Derrière Lara Gut, il ne reste plus grand monde pour viser les podiums dans l'équipe de Suisse, qui a vu plusieurs de ses cadres partir à la retraite (Dominique Gisin, Marianne Abderhalden, Nadja Kamer). Fabienne Suter, en vitesse, et Wendy Holdener, en slalom, sont ainsi les dernières à pouvoir jouer les avant-postes, à moins que l'une des jeunes de l'équipe ne parvienne rapidement à s'immiscer parmi l'élite.

Cela pourrait être le cas, pourquoi pas, de Charlotte Chable. La Vaudoise, qui fêtera ses 21 ans à la fin du mois, a été l'une des bonnes surprises de l'hiver dernier avec une 11e place en Coupe du monde à Maribor et un 15e rang aux Mondiaux de Beaver Creek, à chaque fois en slalom. A elle désormais de confirmer, mais aussi de prouver qu'elle peut briller en géant, une discipline dans laquelle elle sera pour la première fois alignée en Coupe du monde samedi à Sölden. (nxp/si)

(NewsXpress)

Ton opinion