Guerre au Yémen – L’Arabie saoudite rappelle son ambassadeur au Liban
Publié

Guerre au YémenL’Arabie saoudite rappelle son ambassadeur au Liban

Le royaume a également demandé au représentant diplomatique libanais dans le pays de quitter Ryad dans les 48 heures. Une annonce qui intervient après des déclarations du ministre libanais de l’Information critiquant l’intervention au Yémen.

Les déclarations du ministre libanais de l’Information George Kordahi ont mis le feu aux poudres.

Les déclarations du ministre libanais de l’Information George Kordahi ont mis le feu aux poudres.

AFP

L’Arabie saoudite a rappelé son ambassadeur au Liban et demandé le départ du royaume de l’ambassadeur libanais après des déclarations du ministre libanais de l’Information critiquant l’intervention de la coalition militaire dirigée par Ryad au Yémen, a annoncé vendredi la diplomatie saoudienne.

Ryad a décidé de «rappeler son ambassadeur au Liban pour des consultations et demandé à l’ambassadeur libanais dans le royaume de quitter le territoire dans les 48 heures», a indiqué le ministère saoudien des Affaires étrangères dans un communiqué.

L’Arabie saoudite a également décidé d’«arrêter toutes les importations libanaises», est-il précisé. Le royaume «regrette» la détérioration des relations avec le Liban, selon le communiqué qui ajoute que «d’autres mesures seront prises», sans les préciser. Vendredi soir, le petit royaume de Bahreïn, qui a des liens étroits avec Ryad, l’a imité en donnant 48 heures à l’ambassadeur du Liban pour quitter son territoire.

Dans une émission télévisée datant du 5 août et diffusée lundi, George Kordahi, actuel ministre libanais de l’Information mais qui n’était à l’époque pas encore membre du gouvernement, avait qualifié «d’absurde» la guerre menée depuis 2015 au Yémen par la coalition militaire en appui du gouvernement, et estimé qu’il était «temps qu’elle s’arrête».

Il avait ajouté que les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran, se défendaient «face à une agression extérieure» et que «leurs maisons, leurs villages, leurs mariages et leurs enterrements étaient bombardés» par la coalition. Ryad a estimé mercredi que ces propos portaient «atteinte aux efforts de la coalition» et n’étaient «pas en harmonie avec les relations historiques» entre Beyrouth et Ryad.

Dans une déclaration à la télévision libanaise mercredi, George Kordahi a souligné avoir tenu des propos reflétant son «opinion personnelle» avant sa nomination le 10 septembre. Il a assuré ne «pas avoir attaqué l’Arabie saoudite» mais s’est abstenu de présenter des excuses.

Des dizaines de milliers de morts depuis 2014

L’affaire a embarrassé le premier ministre libanais Najib Mikati, d’autant plus que le Liban mise toujours sur une potentielle aide financière du Golfe pour relancer son économie en plein effondrement. Il a dit vendredi soir «regretter profondément la décision du royaume» et espéré que «la direction saoudienne, avec sa sagesse, la reconsidérera».

Le premier ministre libanais a redit son respect pour le roi saoudien et son prince héritier et exprimé le «rejet ferme et catégorique de tout ce qui nuit aux relations fraternelles profondes avec le royaume, qui a toujours été aux côtés du peuple libanais face à ses grands défis». Il a affirmé vouloir «maintenir les meilleures relations avec le royaume» et rappelé que les propos de George Kordahi «ne reflétaient en aucun cas la position du gouvernement».

L’affaire a été abondamment commentée sur les réseaux sociaux, soulignant les divisions politiques au Liban entre pro et anti-Saoudiens. Dans un tweet, le ministre yéménite de l’Information Mouammar al-Iryani a reproché à M. Kordahi d’avoir omis de mentionner les exactions des rebelles. Déclenchée en 2014, la guerre au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts, des civils pour la plupart, et des millions de déplacés.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires